Le compte instagram - le "bookstagram" dans le jargon - de François Coune est suivi par près de 20.000 personnes passionnées comme lui de littérature. Il y publie principalement des clichés de ses dernières lectures commentées. "Ma communauté demande souvent que je partage un peu plus ma vie personnelle", nous explique-t-il. "Il y a quelques jours, alors que je ne le fais que très rarement, j'ai eu envie de publier une photo plus intime de mon compagnon et moi pour fêter nos 3 ans de relation, avec un joli texte."
...

Le compte instagram - le "bookstagram" dans le jargon - de François Coune est suivi par près de 20.000 personnes passionnées comme lui de littérature. Il y publie principalement des clichés de ses dernières lectures commentées. "Ma communauté demande souvent que je partage un peu plus ma vie personnelle", nous explique-t-il. "Il y a quelques jours, alors que je ne le fais que très rarement, j'ai eu envie de publier une photo plus intime de mon compagnon et moi pour fêter nos 3 ans de relation, avec un joli texte."A son grand étonnement, le cliché a rapidement été flouté avec la mention "contenu sensible incitant à la violence". L'instagrammeur s'interroge : "Est-ce Instagram qui a pris la décision unilatéralement, ou ma photo a-t-elle été signalée par des internautes ? Il n'en reste pas moins qu'elle a été purement et simplement censurée." François Coune se dit choqué par cette censure, peiné également. "La seule fois où je partage mon intimité, il casse tout", nous confie-t-il. " C'est aberrant en 2020. Il y a des comptes qui publient de la torture animale, d'autres qui encouragent à traquer les homosexuels... Instagram ne les censure pas. Pourquoi cela arrive à moi ? "Depuis, le jeune homme de 24 ans a reçu des milliers de messages de soutien, notamment de la chanteuse Angèle qui a republié sur Instagram la photo incriminée avec le message suivant: " Je vois ce post de @livraisondemots. Du coup, je m'attends à de la violence et là : un couple gay qui s'aime. Vous vous foutez de qui Instagram ?"Sur Twitter, 'Le coin des LGBT' a aussi dénoncé cette censure, faisant enfler la polémique.Censure effective - mais alors sur quels critères ? - ou erreur de la part du réseau social, que s'est-il passé? Xavier Degraux, spécialisé dans le marketing de contenu et les réseaux sociaux, nous éclaire à ce sujet. "Il y a de nombreux élément qui interpellent dans cette affaire. La photo de départ ne présente en effet pas de contenu violent ou explicite, il est donc étonnant qu'elle ait été censurée de la sorte par Instagram", explique Xavier Degraux. Le spécialiste des réseaux sociaux nous détaille la modération à l'oeuvre au sein du réseau social. "La modération se fait en deux étapes. La première est réalisée par l'intelligence artificielle qui considère qu'une image problématique doit été supprimée et le fait automatiquement. La deuxième phase est humaine. Elle se fait sur la base de dénonciations d'utilisateurs du réseau social. Si dans un délai relativement court, le taux d'alerte est élevé, l'image sera bloquée automatiquement par le 'robot'. Si cela n'est pas fait c'est l'équipe de modérateurs internes - près de 35.000 pour FB et Insta confondus - qui va prendre le dossier en main et décider d'agir." Ce qui frappe le spécialiste, c'est que l'intelligence artifielle a flouté une photo qui ne comportait aucun souci de contenu violent ou explicite. "Pour moi, il doit s'agir d'une erreur technique de modération." Il ajoute : "Il est également étonnant que Facebook (NLDR : qui détient Instagram) n'ait pas encore réagi à la médiatisation de cette polémique qui dépasse maintenant les frontières (NDLR: François Coune a été interviewé par Le Parisien). Le délai de 3-4 jours est très long dans ce contexte, car toutes ces plateformes sont pour le moment hyper prudentes sur les thématiques du genre, du racisme, de l'homophobie. Il n'y a qu'à voir la dernière censure de Zwarte Piet." Mais pour Xavier Degraux, même s'il s'agit certainement d'une erreur de modération, François Coune a bien fait de relayer la censure de son cliché. "La chanteuse Angèle, qui vient d'ailleurs de faire son coming out, a amplifié la polémique. Elle a fait avancer les choses intelligemment en interpellant Instagram. Je ne pense pas qu'il faut y voir une communication calculée de sa part mais plutôt un acte spontané de soutien. " À ce jour, François Coune, n'a reçu aucune explication de la part d'Instagram. Il n'a pas encore contesté la censure de sa photo auprès du réseau social. Il nous dit attendre que le buzz autour de cette histoire retombe un peu avant de le faire. Entretemps, il compte sur les utilisateurs des réseaux sociaux pour les inonder de photos de couples hétéros ou homos avec le hashtag #sérieuxinstagram afin de lutter contre l'homophobie. Contacté par nos soins, le réseau social n'était pas joignable pour donner sa version des faits.