Selon la Banque nationale, les impayés en télécom sont le premier signal qu'un particulier ne pourra pas, plus tard, honorer son crédit hypothécaire ou ses crédits à la consommation. Les personnes qui ne règlent pas leurs factures de téléphonie, internet ou télévision numérique ont un risque dix fois plus élevé de problèmes d'endettement ultérieurs. C'est pour cette raison que le CD&V souhaite inscrire les dettes télécom à la Centrale des crédits aux particuliers de sorte que ces consommateurs ne soient plus éligibles à un prêt à la banque. "Le problème est qu'on n'a actuellement pas d'aperçu des dettes télécom", selon le député Leen Dierick. "Ces informations sur les retards de paiement persistants des factures télécom peuvent jouer comme révélateur de risque de crédit des particuliers."

Selon la Banque nationale, les impayés en télécom sont le premier signal qu'un particulier ne pourra pas, plus tard, honorer son crédit hypothécaire ou ses crédits à la consommation. Les personnes qui ne règlent pas leurs factures de téléphonie, internet ou télévision numérique ont un risque dix fois plus élevé de problèmes d'endettement ultérieurs. C'est pour cette raison que le CD&V souhaite inscrire les dettes télécom à la Centrale des crédits aux particuliers de sorte que ces consommateurs ne soient plus éligibles à un prêt à la banque. "Le problème est qu'on n'a actuellement pas d'aperçu des dettes télécom", selon le député Leen Dierick. "Ces informations sur les retards de paiement persistants des factures télécom peuvent jouer comme révélateur de risque de crédit des particuliers."