Un DJ a accueilli les quelque 7.500 manifestants qui sont partis de la gare centrale en début d'après-midi. Les porte-parole de Youth for Climate, des Students for Climate et des grands-parents pour le climat ont fait valoir qu'ils étaient en train de marquer l'histoire ensemble et qu'ils espéraient que des politiques climatiques fortes suivraient. Si aucune mesure majeure n'a été mise en oeuvre ces 6 derniers mois, ils portent leurs espoirs dans le prochain gouvernement.

"C'est incroyable : On a fait l'impossible", a félicité Adélaïde Charlier, porte-parole de Youth for Climate. "On a continué même si on a parfois eu des bâtons dans les roues. L'important ce n'était pas le nombre de personnes dans les rues, mais les 20 marches effectuées par les jeunes tous les jeudis. Ce n'est que la fin du début. Les jeunes ont fait leur travail de citoyens et c'est maintenant aux politiciens d'agir. On va arrêter les marches toutes les semaines, mais d'autres mobilisations seront organisées. Que le gouvernement se forme et commence à agir! On restera derrière pour maintenir la pression".

Nic Balthazar a ensuite chanté "Sing for climate" avec le public. La chanson "Alors on danse" a été reprise sous la version "Alors on marche", avec l'accord de Stromae. Se sont entre autres produits sur scène les groupes Jaune toujours, Slongs, Alice on the Roof, Absynthe Minded, Black Mamba et Don Cabron.

Les discours et les concerts ont alterné. Le climatologue Jean-Pascal van Ypersele a rappelé qu'un groupe de scientifiques avait remis aux jeunes un rapport listant des solutions concrètes à l'adresse des responsables politiques. Le document a été transmis aux différents partis. Greenpeace a souligné que ce sont les jeunes qui ont permis de faire du combat pour l'environnement une priorité politique. L'ONG a proposé un quizz pour gagner une trotinette électrique. Des représentants des entreprises en transition se sont également exprimés.

Un DJ a accueilli les quelque 7.500 manifestants qui sont partis de la gare centrale en début d'après-midi. Les porte-parole de Youth for Climate, des Students for Climate et des grands-parents pour le climat ont fait valoir qu'ils étaient en train de marquer l'histoire ensemble et qu'ils espéraient que des politiques climatiques fortes suivraient. Si aucune mesure majeure n'a été mise en oeuvre ces 6 derniers mois, ils portent leurs espoirs dans le prochain gouvernement. "C'est incroyable : On a fait l'impossible", a félicité Adélaïde Charlier, porte-parole de Youth for Climate. "On a continué même si on a parfois eu des bâtons dans les roues. L'important ce n'était pas le nombre de personnes dans les rues, mais les 20 marches effectuées par les jeunes tous les jeudis. Ce n'est que la fin du début. Les jeunes ont fait leur travail de citoyens et c'est maintenant aux politiciens d'agir. On va arrêter les marches toutes les semaines, mais d'autres mobilisations seront organisées. Que le gouvernement se forme et commence à agir! On restera derrière pour maintenir la pression". Nic Balthazar a ensuite chanté "Sing for climate" avec le public. La chanson "Alors on danse" a été reprise sous la version "Alors on marche", avec l'accord de Stromae. Se sont entre autres produits sur scène les groupes Jaune toujours, Slongs, Alice on the Roof, Absynthe Minded, Black Mamba et Don Cabron. Les discours et les concerts ont alterné. Le climatologue Jean-Pascal van Ypersele a rappelé qu'un groupe de scientifiques avait remis aux jeunes un rapport listant des solutions concrètes à l'adresse des responsables politiques. Le document a été transmis aux différents partis. Greenpeace a souligné que ce sont les jeunes qui ont permis de faire du combat pour l'environnement une priorité politique. L'ONG a proposé un quizz pour gagner une trotinette électrique. Des représentants des entreprises en transition se sont également exprimés.