Selon de récentes prévisions du Centre de crise et de l'Institut de santé publique Sciensano, si la diminution des indicateurs de la pandémie de coronavirus conservait un bon rythme, la Belgique passerait en vert sur la carte à la fin juin. Ce n'est finalement pas encore le cas pour deux de ses trois Régions.

Pour obtenir un code couleur vert, deux solutions existent. La première nécessite une incidence sur 14 jours inférieure à 50 cas pour 100.000 habitants et un taux de positivité sous les 4%. Pour la seconde, l'incidence sur 14 jours doit être de 75 cas pour 100.000 habitants mais avec un taux de positivité inférieur à 1%.

carte de l'ECDC, le 1er juillet 2021, DR
carte de l'ECDC, le 1er juillet 2021 © DR

Selon les chiffres de l'ECDC, basés sur les données déclarées par les États membres de l'Union européenne à The European Surveillance System (TESSy), seule la Région flamande a actuellement une incidence inférieure à 50 avec, de surcroit, un taux de positivité de 0,81%.

La Wallonie et Bruxelles ont une incidence respective de 79 et 81 cas pour 100.000 habitants. De plus, leur taux de positivité est supérieur à 1%. Bruxelles est proche du but avec tout juste 1% mais la Région wallonne a vu son pourcentage de test positifs augmenter pour atteindre les 2,4%. Il existe toutefois un décalage entre les chiffres européens et ceux annoncés par Sciensano, qui sont mis à jour quotidiennement. Ainsi, selon l'Institut de santé publique, le taux de positivité en Flandre est de 0,97 % alors qu'il est tout juste supérieur à 1% en Wallonie. A Bruxelles, il est de 1,3%.

Toutes les Régions ont également une incidence légèrement inférieure à celle indiquée par les données de l'ECDC Les codes couleur européens sont une indication pour les États membres de l'UE pour imposer des conditions de retour, comme une quarantaine obligatoire ou la présentation de tests négatifs. Le passage de la Flandre en vert signifie donc que ces règles deviennent moins strictes. péenne à la fin juin

Selon de récentes prévisions du Centre de crise et de l'Institut de santé publique Sciensano, si la diminution des indicateurs de la pandémie de coronavirus conservait un bon rythme, la Belgique passerait en vert sur la carte à la fin juin. Ce n'est finalement pas encore le cas pour deux de ses trois Régions. Pour obtenir un code couleur vert, deux solutions existent. La première nécessite une incidence sur 14 jours inférieure à 50 cas pour 100.000 habitants et un taux de positivité sous les 4%. Pour la seconde, l'incidence sur 14 jours doit être de 75 cas pour 100.000 habitants mais avec un taux de positivité inférieur à 1%. Selon les chiffres de l'ECDC, basés sur les données déclarées par les États membres de l'Union européenne à The European Surveillance System (TESSy), seule la Région flamande a actuellement une incidence inférieure à 50 avec, de surcroit, un taux de positivité de 0,81%. La Wallonie et Bruxelles ont une incidence respective de 79 et 81 cas pour 100.000 habitants. De plus, leur taux de positivité est supérieur à 1%. Bruxelles est proche du but avec tout juste 1% mais la Région wallonne a vu son pourcentage de test positifs augmenter pour atteindre les 2,4%. Il existe toutefois un décalage entre les chiffres européens et ceux annoncés par Sciensano, qui sont mis à jour quotidiennement. Ainsi, selon l'Institut de santé publique, le taux de positivité en Flandre est de 0,97 % alors qu'il est tout juste supérieur à 1% en Wallonie. A Bruxelles, il est de 1,3%. Toutes les Régions ont également une incidence légèrement inférieure à celle indiquée par les données de l'ECDC Les codes couleur européens sont une indication pour les États membres de l'UE pour imposer des conditions de retour, comme une quarantaine obligatoire ou la présentation de tests négatifs. Le passage de la Flandre en vert signifie donc que ces règles deviennent moins strictes. péenne à la fin juin