Carmat a obtenu l'autorisation de mener "les premières implantations humaines" de son coeur artificiel dans "quatre centres de chirurgie cardiaque de renommée internationale en Belgique, en Pologne, en Slovénie et en Arabie Saoudite", a indiqué la société dans un communiqué. Ces établissements sont le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Saint-Pierre à Bruxelles (Belgique), le Silesian Center for Heart Diseases à Zabrze (Pologne), le Ljubljana University Medical Centre de Ljubljana (Slovénie) et le Prince Sultan Cardiac Center à Riyad (Arabie Saoudite), précise Carmat. Ces centres disposent d'un "fort potentiel de recrutement de patients" et d'une "grande expérience dans les essais cliniques préalables à la commercialisation de dispositifs médicaux innovants", selon Carmat.

Le directeur général de Carmat, Marcello Conviti, cité dans le communiqué, indique que "le processus de sélection des patients et la formation des équipes de chirurgiens et de médecins sont en cours dans ces quatre pays". "Les implantations pourraient débuter dès la fin du processus de formation", ajoute le directeur général.

Carmat a obtenu l'autorisation de mener "les premières implantations humaines" de son coeur artificiel dans "quatre centres de chirurgie cardiaque de renommée internationale en Belgique, en Pologne, en Slovénie et en Arabie Saoudite", a indiqué la société dans un communiqué. Ces établissements sont le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Saint-Pierre à Bruxelles (Belgique), le Silesian Center for Heart Diseases à Zabrze (Pologne), le Ljubljana University Medical Centre de Ljubljana (Slovénie) et le Prince Sultan Cardiac Center à Riyad (Arabie Saoudite), précise Carmat. Ces centres disposent d'un "fort potentiel de recrutement de patients" et d'une "grande expérience dans les essais cliniques préalables à la commercialisation de dispositifs médicaux innovants", selon Carmat. Le directeur général de Carmat, Marcello Conviti, cité dans le communiqué, indique que "le processus de sélection des patients et la formation des équipes de chirurgiens et de médecins sont en cours dans ces quatre pays". "Les implantations pourraient débuter dès la fin du processus de formation", ajoute le directeur général.