Carlo Di Antonio, le dourocrate

26/05/17 à 08:00 - Mise à jour à 08:09
Du Le Vif/L'Express du 26/05/17

Très grand propriétaire immobilier, gros actionnaire du festival qu'il a fondé, le ministre wallon et bourgmestre empêché de Dour (CDH), Carlo Di Antonio, cumule bonnes fortunes publiques et fructueuses affaires privées. Toujours sur le territoire de sa commune.

La transparence est un vieux truc de prestidigitateur : parfois, les choses sont si claires qu'on ne les remarque plus. A Dour, 17 000 habitants, aux confins du Borinage et des Hauts-Pays, tout le monde sait tout ce que fait le bourgmestre. Pas parce que c'est le bourgmestre, mais parce qu'il ne cache rien. Carlo Di Antonio (CDH), en effet, n'est pas le plus connu des Dourois parce qu'il en est, depuis 2006, le premier. Il en est le premier parce qu'il en était déjà le plus connu avant 2006. Et il l'est, surtout, parce que s'il est si connu, c'est qu'il a mis Dour sur la carte. Et qu'il a mis la main sur la carte de Dour. Coureur de demi-fond, organisateur de festival, entrepreneur, propriétaire, administrateur délégué, député, bourgmestre empêché, ministre, le cumul des vies de Carlo Di Antonio est assez simple à résumer : à Dour, il fait tout et il a tout, ou presque.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires