Elles vivaient en lui depuis longtemps, déclare le cardinal Jozef De Kesel à propos des pensées qu'il a consignées dans son livre Geloof & godsdienst in een seculiere samenleving (Foi & religion dans une société séculière). L'archevêque de Malines-Bruxelles analyse comment le christianisme a perdu son rôle autrefois si dominant en Europe occidentale. Il expose son idée sur la manière dont l'Église devrait se repositionner. La réponse de De Kesel peut surprendre : "Nous ne devons pas condamner cette société moderne parce qu'elle n'est plus chrétienne. Nous pouvons et devons l'accepter sans réserve dans sa laïcité et sa pluralité".
...

Elles vivaient en lui depuis longtemps, déclare le cardinal Jozef De Kesel à propos des pensées qu'il a consignées dans son livre Geloof & godsdienst in een seculiere samenleving (Foi & religion dans une société séculière). L'archevêque de Malines-Bruxelles analyse comment le christianisme a perdu son rôle autrefois si dominant en Europe occidentale. Il expose son idée sur la manière dont l'Église devrait se repositionner. La réponse de De Kesel peut surprendre : "Nous ne devons pas condamner cette société moderne parce qu'elle n'est plus chrétienne. Nous pouvons et devons l'accepter sans réserve dans sa laïcité et sa pluralité".Les cyniques diront que la réalité vous y contraint. Les églises ne sont plus pleines depuis longtemps.Jozef De Kesel: Si les églises se vidaient vraiment, comme je le lis depuis quarante ans, toutes les églises seraient vides aujourd'hui. Ce n'est pas le cas. Ce n'est pas parce que chaque église n'est plus pleine chaque semaine qu'il n'y a plus de pratiquants. Ici à Malines, par exemple, les Chaldéens ont deux paroisses, chaque semaine leurs églises sont pleines. À la basilique de Koekelberg, il y a 700 personnes chaque dimanche. En outre, vous ne pouvez pas dire que nous sommes dans une société laïque et vous étonner en même temps que les églises ne soient pas pleines. C'est contradictoire, non ?Pourquoi pensez-vous que l'Église devrait non seulement accepter, mais accueillir à bras ouverts la société laïque?Car c'est dans la société laïque que les croyants peuvent le mieux s'épanouir. Elle garantit et encourage le pluralisme et la diversité. En 2015, j'ai rendu visite au cardinal Louis Raphaël I Sako en Irak, patriarche des Chaldéens, dont la conviction profonde est que l'Irak doit être un État laïc. Sinon, les chrétiens n'y sont rien. Les sociétés religieuses sont dangereuses.Êtes-vous en train de perdre la foi devant nous ? (Rires) Lorsque je parle du repositionnement de l'Église dans la société laïque, je ne veux pas dire que le croyant doit se laïciser. Je fais une distinction entre la présence, ou la présence missionnaire si vous voulez, de l'Église dans la société d'une part, et la christianisation de cette société d'autre part. Une société religieuse a du mal à tolérer les autres croyances. C'est dangereux, donc je ne veux pas du tout rechristianiser la société. La société laïque est la meilleure voie pour l'avenir.En même temps, je dis clairement que la société laïque ne pourra jamais se substituer à la religion, car alors elle devient dictatoriale. Ce n'est pas non plus parce que la séparation de l'Église et de l'État ne peut plus être remise en question, que l'Église doit s'adapter à toutes les évidences d'une culture laïque. Ainsi, je n'accepte pas l'idée de la privatisation de la religion. Elle touche au coeur et au sens même de la foi chrétienne et de la conviction religieuse.Qu'entendez-vous par là?Selon la laïcité, la seule chose qui fait encore obstacle à l'émancipation et à la liberté totale de l'homme, c'est la religion. Si elle disparaissait, nous entrerions dans le royaume de la liberté. C'est de l'extrémisme, heureusement peu de gens pensent comme ça. En revanche, la privatisation de la religion est un vaste mouvement. Il est dit que les gens peuvent être religieux, mais que cela ne peut exercer aucun impact sur la vie sociale. Cela contraste fortement avec ce qui est fondamental dans le repositionnement du christianisme : l'Église est intimement liée au destin de l'humanité, comme l'a écrit le Concile Vatican II. Pour moi, la relation de solidarité de Église au monde est capitale. L'Église n'est pas un monde à côté du monde. La religion n'est pas sans intérêt pour la société.Que voulez-vous dire par là ?Lisez l'évangile, regardez tout croyant authentique : il révèle toujours une responsabilité envers la société. Ma foi m'aide à être un citoyen responsable. C'est la raison pour laquelle Monseigneur Sako rejette avec virulence l'idée que les chrétiens d'Irak sont une minorité. Nous sommes des Irakiens", dit-il, "des citoyens de ce pays, et aussi des chrétiens". En cela aussi, la religion transcende le cadre de la sécularisation. Tout ce que dit la laïcité, c'est : vous êtes libre. Mais libre de faire quoi ? La réponse à cette question se trouve dans la religion. Pas exclusivement, bien sûr, un non-croyant donne aussi un sens à son existence. Mais en tant que chrétien, je le dis sans équivoque : je trouve mon engagement social en grande partie dans ma foi.Vous avez trouvé l'inspiration non seulement en Irak, mais aussi au Maroc. Votre rencontre avec Vincent Landel, l'archevêque de Rabat, est un beau passage du livre.Cet homme m'a fait une grande impression. Il est président de l'organe directeur d'un certain nombre d'écoles où les directeurs, les enseignants et les élèves sont tous musulmans et où aucun cours de religion ne peut être dispensé. Quel est l'intérêt de ces écoles catholiques, ai-je demandé. "En tant que chrétiens, nous sommes aussi des citoyens de ce pays, et c'est une façon pour nous de contribuer à la construction d'une société plus humaine et plus fraternelle. Lorsque j'ai poursuivi en demandant pourquoi il souhaite que l'Église soit présente dans un pays où les opportunités pastorales sont si limitées, il a dit quelque chose qui m'a beaucoup frappé. "Pour montrer qu'il y a un autre chemin vers Dieu." Il ne voulait pas dire : montrer aux musulmans que nous avons raison et qu'ils ont tort. Il voulait dire que ce n'est pas bon pour un pays s'il n'y a qu'une seule option en matière de religion.Vous avez une vision assez acérée du concept de liberté dans la culture moderne et laïque. Vous ne serez pas d'accord avec le libéral Georges-Louis Bouchez, pour qui la liberté vient en premier lieu? "Pas la sécurité, la santé, la fraude fiscale ou le sauvetage de la planète", a-t-il déclaré dans De Standaard.(secoue la tête) Non. La liberté n'est pas une valeur absolue. La Révolution française n'était-elle pas seulement une affaire de liberté, mais aussi d'égalité et de fraternité? Ce que vous citez, c'est la faiblesse de la laïcité. Comme si le sens de mes actions ne résidait que dans leur liberté. En étant aussi libre que possible. Et que tout ce qui vous restreint doit disparaître autant que possible. (légèrement indigné) La vie ce n'est pas cela. Ce sont les limites que nous acceptons qui lui donnent un sens. Bien sûr que les parents d'un enfant handicapé sont limités, c'est très difficile. Mais c'est la façon dont ils y font face qui donne un sens à leur vie. La liberté ne consiste pas à faire ce que l'on veut, c'est la banalisation de la liberté. La liberté est toujours liée à la responsabilité. N'est-ce pas ce que la pandémie nous apprend ? Tout le monde aspire à plus de liberté. La plupart d'entre nous réalisent encore que nous avons une responsabilité. Il y a encore toujours des gens qui meurent dans les hôpitaux.Cette pandémie est un moment où beaucoup de vos valeurs fondamentales ont été mises en avant. La valeur de la vie humaine a été soupesée, le droit de culte a été suspendu, les personnes vulnérables ont été frappées encore plus durement. Pourtant, dans l'ensemble, l'Église est restée assez silencieuse.(réfléchit un long moment) C'est une question difficile. J'ai l'intime conviction que nous ne devons pas appeler à la désobéissance civile. C'est ce qu'il faut faire quand l'intérêt général est en jeu, pas seulement vos propres droits, regardez Mahatma Gandhi. Mais vous avez raison : nous devons aussi parler de la liberté, même si pour moi l'accent est mis sur la solidarité et la fraternité. J'espère que cela restera aussi après la pandémie, plutôt que ce concept banal de liberté. Le pape François appelle le monde notre maison commune. Il est devenu évident que ce ne sont pas que de belles paroles, mais simplement la réalité. Le virus ne reconnaît ni les frontières ni les États.Votre livre révèle votre aversion pour le prosélytisme.Absolument. Un chrétien a le droit de témoigner de sa foi, mais je rejette toute forme de pastoralisme qui a un objectif caché. Si les gens viennent pour un baptême ou un mariage et qu'ils ont l'impression qu'ils doivent dire ce qu'ils pensent que je veux qu'ils disent, alors c'est une cause perdue. Je ne saurais trop insister sur l'importance pour le repositionnement de l'Église qu'elle soit sincère dans sa rencontre. Elle doit être ouverte aux personnes en quête et bien les accueillir. Pas comme une sorte de client ou de croyant potentiels. La rencontre a un sens en elle-même, elle ne sert pas à attirer les gens. "Mais alors ils ne viendront pas à la messe", me dit-on. Ce n'est pas mon affaire, c'est l'oeuvre de Dieu. Comme le dit le pape François, à la suite de Benoît XVI : "L'Église ne grandit pas par le prosélytisme, mais par l'attraction". C'est vrai. Je veux créer l'ouverture, la perspective et la confiance. Je le fais avec beaucoup de réalisme et de confiance, même si je n'ai plus d'illusions.