L'IRM en a la quasi-certitude, ce jeudi, nous vivrons la journée la plus chaude depuis le début des relevés météorologiques en Belgique en 1833. On a l'habitude de dire que les heures les plus torrides se situent sur le coup de midi quand le soleil est au zénith (vers 13h45 plus précisément au-dessus de Bruxelles), ce n'est pourtant pas le moment le plus chaud de la journée explique De Standaard.
...

L'IRM en a la quasi-certitude, ce jeudi, nous vivrons la journée la plus chaude depuis le début des relevés météorologiques en Belgique en 1833. On a l'habitude de dire que les heures les plus torrides se situent sur le coup de midi quand le soleil est au zénith (vers 13h45 plus précisément au-dessus de Bruxelles), ce n'est pourtant pas le moment le plus chaud de la journée explique De Standaard. "La période la plus chaude de la journée se situé en fin d'après-midi ", explique au quotidien flamand Pascal Mormal, météorologue à l'IRM. Le climatologue s'attend à ce que le pic de chaleur se produise "entre 16 h et 18 h l'après-midi". Il s'écoule en effet généralement plusieurs heures entre le pic du rayonnement solaire - ce qu'on appelle l'irradiation solaire - et celui de la température. Selon Pascal Mormal, ce retard est dû à la réponse thermique de la surface de la Terre (terre et eau) au rayonnement solaire."Lorsque le soleil est à son zénith, la quantité de rayonnement est à son maximum ", dit-il. Mais à ce moment-là, le sol est encore en train de se réchauffer. Ce n'est que lorsqu'il est "à la bonne température" qu'il commence à dégager de la chaleur dans l'air, ce qui peut entraîner une augmentation de la température ambiante. Ce phénomène de réchauffement dépend aussi de la nature du sol et surtout, de la capacité de ce dernier à retenir l'eau. L'eau est en effet un tampon thermique très puissant en raison de sa grande capacité calorifique. C'est ce qui explique qu'une plage de sable fin qui ne retient presque pas d'eau est souvent brûlante. Même chose en Campine, avec un sol sablonneux, les températures sont encore plus élevées ces derniers jours que dans le reste du pays. L'IRM l'a annoncé : ce jeudi pourrait bien être le jour le plus chaud jamais enregistré dans notre royaume depuis le début des mesures de températures il y a 186 ans. On s'attend à ce que le mercure dépasse les 38 degrés à Uccle. Si cela se produit, le record du 27 juin 1947 sera pulvérisé, le thermomètre indiquait alors 36,6 degrés. La vague de chaleur actuelle est le résultat d'une combinaison de divers éléments météorologiques, dont une puissante zone de haute pression au-dessus de l'Europe centrale. "Il y a eu peu de précipitations ces dernières semaines ", explique aussi Pascal Mormal de l'IRM. "Par conséquent, le sol est sec et dégage beaucoup de chaleur dans l'air". La sécheresse persistante signifie également qu'il y a peu d'humidité dans l'air, ce qui le rend relativement stable et provoque la formation de nuages. Enfin, il y a le vent du sud, qui souffle de l'air chaud en provenance d'Afrique du Nord et qui, en raison de la canicule en Espagne et en France, ne se rafraîchit pas, peut-on encore lire dans De Standaard.