C'est en effet la durée de phénomènes climatiques extrêmes qui peut poser problème, tandis qu'un bel ensoleillement et des températures élevées semblent assez normales pour ce début d'été, indique lundi Anne Pétré de la FWA (Fédération wallonne de l'Agriculture).

Tandis que les moissons de juillet et août approchent, du beau temps est en réalité une bonne chose, indique-t-elle.

"C'est vraiment quand un épisode climatique extrême, ce qui n'est d'ailleurs pas le cas ici, se prolonge que cela devient problématique", ajoute Anne Pétré. "La durée est déterminante. Trois mois sans une goutte d'eau, c'est une catastrophe. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter pour des jours à 30 degrés".

C'est en effet la durée de phénomènes climatiques extrêmes qui peut poser problème, tandis qu'un bel ensoleillement et des températures élevées semblent assez normales pour ce début d'été, indique lundi Anne Pétré de la FWA (Fédération wallonne de l'Agriculture).Tandis que les moissons de juillet et août approchent, du beau temps est en réalité une bonne chose, indique-t-elle. "C'est vraiment quand un épisode climatique extrême, ce qui n'est d'ailleurs pas le cas ici, se prolonge que cela devient problématique", ajoute Anne Pétré. "La durée est déterminante. Trois mois sans une goutte d'eau, c'est une catastrophe. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter pour des jours à 30 degrés".