Selon une note interne que la DH s'est procuré, chaque patrouille devra réaliser "quinze souffles par shift", avec obligation quotidienne de communication à la hiérarchie.

Les syndicats policiers fustigent le procédé. Vincent Gilles, président du SLFP Police, dénonce un pervertissement de l'esprit de la campagne Bob. "Cette logique de quotas est le résultat d'une politique hypocrite qui demande à l'outil policier de faire plus de 2 millions de contrôles alcool par an sans lui en donner les moyens ", déplore-t-il.

Selon une note interne que la DH s'est procuré, chaque patrouille devra réaliser "quinze souffles par shift", avec obligation quotidienne de communication à la hiérarchie. Les syndicats policiers fustigent le procédé. Vincent Gilles, président du SLFP Police, dénonce un pervertissement de l'esprit de la campagne Bob. "Cette logique de quotas est le résultat d'une politique hypocrite qui demande à l'outil policier de faire plus de 2 millions de contrôles alcool par an sans lui en donner les moyens ", déplore-t-il.