"La qualité de vie et la santé des populations rurales sont abandonnées au jeu des promoteurs éoliens via ce cadre éolien. Ce cadre, c'est le mépris total du principe de précaution et des normes internationales. C'est la destruction des paysages et les nuisances sonores garanties!", tonne l'ASBL qui dénonce l'augmentation de la limite sonore de 40 à 45 décibels, ce qui représente une hausse de 78%.

VentdeRaison a comptabilisé 5.000 GWh/an de parcs éoliens installés et en cours de procédure. "Pourtant, le plan en vise 4.500 GWh/an d'énergie éolienne à l'horizon 2020. Pourquoi aurait-on encore besoin d'un décret", s'est exclamé Luc Rivet, porte-parole de l'ASBL.

"De plus, les 16.000 emplois créés par le secteur éolien, annoncés d'ici 2030, seront des emplois de chantier à très faible valeur ajoutée", ajoute-t-on chez VdR.

Le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry, a présenté fin février une cartographie du potentiel éolien sur le territoire de la Région et le nouveau cadre de référence éolien.