Une responsabilité déjà pointée dans le rapport de l'organisme d'enquête indépendant sur les accidents ferroviaires, en... 2012. On y lisait :...

Une responsabilité déjà pointée dans le rapport de l'organisme d'enquête indépendant sur les accidents ferroviaires, en... 2012. On y lisait : " La croissance d'année en année du nombre de franchissements de signaux fermés est surtout due à la progression du trafic (nombre de trains circulant) et de sa densité relative aux capacités du réseau, dont la croissance entraîne une croissance encore plus rapide des interférences et donc du nombre de signaux rencontrés fermés par les conducteurs. " Et de conclure : " Le système ferroviaire belge ne possède pas une tradition de gestion de la sécurité sous-tendue par une vision systémique et intégrée du risque. " La rentabilité avant la sécurité. Tout était dit.