"La croissance est de retour et significative, autour de 5,7 % pour 2021 et 3% pour 2022. Il est donc souhaitable, à mon sens, de faire dès à présent un effort supplémentaire de 0,4 %, donc pour un effort global égal à 0,6 %, soit environ 3 milliards d'euros", explique Mme De Bleeker dans un entretien publié jeudi par le journal 'Le Soir'.

"Je sais que certains disent que l'on peut emprunter encore et encore, sans problème, vu que les taux d'intérêt sont bas. Mais cet argent, il faudra le rembourser un jour. Et les taux d'intérêt ne resteront pas indéfiniment au plancher. Ce sont les générations futures qui devront rembourser. Donc, agissons aujourd'hui. Plus vite nous agirons, plus ce sera efficace", poursuit la secrétaire d'Etat.

En termes de mesures d'assainissement, elle évoque par exemple la réduction des coûts de fonctionnement de l'Etat, des économies sur l'utilisation des bâtiments de l'Etat avec le télétravail ou encore la fiscalisation des achats sur internet en dessous de 22 euros.

Interrogée sur les mesures de soutien liées à la pandémie de coronavirus, elle suggère "d'y mettre un terme fin septembre". "C'est en débat". Pour moi, il faut revenir à la vie normale, comprendre que la croissance peut être porteuse, a-t-elle ajouté".

"La croissance est de retour et significative, autour de 5,7 % pour 2021 et 3% pour 2022. Il est donc souhaitable, à mon sens, de faire dès à présent un effort supplémentaire de 0,4 %, donc pour un effort global égal à 0,6 %, soit environ 3 milliards d'euros", explique Mme De Bleeker dans un entretien publié jeudi par le journal 'Le Soir'. "Je sais que certains disent que l'on peut emprunter encore et encore, sans problème, vu que les taux d'intérêt sont bas. Mais cet argent, il faudra le rembourser un jour. Et les taux d'intérêt ne resteront pas indéfiniment au plancher. Ce sont les générations futures qui devront rembourser. Donc, agissons aujourd'hui. Plus vite nous agirons, plus ce sera efficace", poursuit la secrétaire d'Etat. En termes de mesures d'assainissement, elle évoque par exemple la réduction des coûts de fonctionnement de l'Etat, des économies sur l'utilisation des bâtiments de l'Etat avec le télétravail ou encore la fiscalisation des achats sur internet en dessous de 22 euros. Interrogée sur les mesures de soutien liées à la pandémie de coronavirus, elle suggère "d'y mettre un terme fin septembre". "C'est en débat". Pour moi, il faut revenir à la vie normale, comprendre que la croissance peut être porteuse, a-t-elle ajouté".