En tenant compte des recasements orchestrés par les familles et des multiples inscriptions, ce seraient finalement 479 élèves néerlandophones qui se retrouveront sans aucune école à l'approche du premier septembre, toujours selon LOP. La capacité des écoles néerlandophones de Bruxelles s'est pourtant accrue de 4% par rapport à l'année 2012-2013, selon l'organisation. "Malgré nos efforts (...), le problème de capacité a augmenté et est même plus important que jamais. Nous espérons que ces chiffres pourront pousser les autorités à prendre ce problème en main rapidement et efficacement, au-delà des deux communautés linguistiques. De sorte que chaque enfant, peu importe sa langue maternelle ou son contexte social, puisse aller à l'école. L'enseignement est après tout un droit constitutionnel", indique Walentina Cools de LOP Brussel enseignement primaire.

En tenant compte des recasements orchestrés par les familles et des multiples inscriptions, ce seraient finalement 479 élèves néerlandophones qui se retrouveront sans aucune école à l'approche du premier septembre, toujours selon LOP. La capacité des écoles néerlandophones de Bruxelles s'est pourtant accrue de 4% par rapport à l'année 2012-2013, selon l'organisation. "Malgré nos efforts (...), le problème de capacité a augmenté et est même plus important que jamais. Nous espérons que ces chiffres pourront pousser les autorités à prendre ce problème en main rapidement et efficacement, au-delà des deux communautés linguistiques. De sorte que chaque enfant, peu importe sa langue maternelle ou son contexte social, puisse aller à l'école. L'enseignement est après tout un droit constitutionnel", indique Walentina Cools de LOP Brussel enseignement primaire.