Anderlecht

"Grâce au plan Good Move que nous avons amendé, plus d'Anderlechtois pourront profiter de zones résidentielles plus calmes", explique Susanne Müller-Hübsch, échevine de la Mobilité. En 2020-2021, la Stib aura rénové les rails de tram de la rue Wayez et Vivaqua remplacera les égouts. "La commune d'Anderlecht avait insisté pour qu'un processus participatif soit lancé pour ce projet". Plusieurs scénarios sont possibles : "Un projet d'aménagement de qualité pour notre rue Wayez, entièrement de plain-pied avec des bancs, des terrasses, des espaces verts et des espaces de stationnement vélo, ainsi qu'une circulation tram et bus dans les 2 sens et des zones de livraison", se réjouit l'échevine. Le nouveau quartier de Biestebroeck est en train de se développer, il accueillera à terme plus de 10.000 habitants. Au programme : création d'appartements, d'écoles, d'un parc et réaménagement du pont entre le boulevard Industriel et la chaussée de Mons, fermé aux voitures pour cause de mauvais état. "Une réflexion doit être menée afin de développer les transports en commun dans cette zone afin qu'elle ne soit pas isolée ou uniquement accessible en voiture, par exemple par l'instauration d'une ligne de tram sur le boulevard Industriel", détaille l'échevine de la Mobilité. La création du nouveau quartier Erasmus Garden, au niveau de l'arrêt de métro Erasme, est bien avancée. A l'horizon 2022, la Stib achèvera une gare pour les métros, sous le boulevard Simonet qui sera réaménagé dans la foulée. D'ici 2025, le quartier des Trèfles va se développer complètement. Plus de 460 logements seront déployés ainsi que des salles communautaires, une crèche et des espaces prévus pour accueillir des commerces. Une attention toute particulière sera portée sur l'aspect durable du projet. Enfin, entre 2022 et 2030, un projet régional prévoit la refonte totale de la zone Midi et celle du quartier Heyvaert, entre Molenbeek et les abattoirs d'Anderlecht. "On cherche depuis longtemps la possibilité de développer ce quartier, avec la création du parc de la Sennette", explique l'échevine. Sans timing précis, la rénovation des chaussées de Mons et de Ninove sont en discussion avec la Région, des processus participatifs seront lancés.

Auderghem

"Nous nous coordonnons avec les différents impétrants pour ne pas rouvrir des artères fraîchement rénovées et certains travaux seront donc avancés ou postposés en fonction de cela. D'autres voiries communales pourraient être ajoutées dans les 5 ans également." souligne Sophie Devos, échevine des Espaces Publics. Plusieurs petits chantiers en voirie sont à l'agenda. 2020-2021 : Av. Daniel Boon, Rue du Vieux Moulin (côté Val Duchesse devant le château St Anne). En 2021-2022 : Square du Sacré Coeur, Rue du Villageois (dernière partie). 2022-2023 : Av. des Argus/Av. des Citrinelles/Av. des Linottes/Av des Traquets (suite). Et 2023-2024 : Rue Charles Lemaire /Rue du Moulin à Papier. Au niveau de la STIB en 2020 - 2021 : l'arrivée du bus 17 au cimetière nécessite le réaménagement des arrêts devant le cimetière, av. Van Horenbeeck. Et le passage de la nouvelle ligne du 42 impliquera le réasphaltage et le réaménagement de la Drève de Nivelles. La région, quant à elle, prévoit la pose de câbles et conduites, la rénovation de trottoirs et des raccordements divers. "On parle par exemple de la rénovation du réseau d'égouttage de la chaussée de Wavre (Vivaqua), sans plus de précisions quant aux délais, si ce n'est que cela durera 150 jours d'ici septembre 2021 !" À noter : "Le projet immobilier Bouygues, coin Boulevard Général Jacques / Chaussée de Wavre, aura un impact certain, mais faisant l'objet d'un recours au conseil d'État, il n'y a pas de délai connu à ce stade."

Berchem-Sainte-Agathe

A l'angle de l'avenue Charles-Quint et de la chaussée de Zellik, le projet Porta Agatha, porté par un promoteur privé, devrait voir le jour d'ici 2023. Au programme : démolition de plusieurs bâtiments, abattage d'arbres, construction de 157 appartements, d'espaces commerciaux et deux étages de parking souterrain. 2021-2022 : la commune profitera des travaux de remplacement d'une ligne à haute tension réalisés par Elia pour refaire la rue Grand-Bigard entre Hunderenveld et Maricolles. A Hunderenveld, la Stib opérera une réfection complète des arrêts de bus et de tram. 2021-2023: dans le quartier de la gare, Infrabel installera une passerelle définitive et creusera deux tunnels sous la voirie. A l'horizon 2021: réfection de la chaussée entre Dansaert et Hunderenveld. Et d'ici 2025, la commune souhaite profiter de ce dernier chantier pour obtenir la réfection de toute l'avenue du Roi Albert, les quais étant trop courts pour accueillir les nouveaux trams 4000. Place Schweitzer, la Stib rallongera les quais pour les nouveaux trams avec l'envie de maintenir le passage du bus 20.

Le projet de réaménagement du boulevard Clovis, à Bruxelles-Ville. © DR

Boitsfort

La commune s'apprête à désigner un bureau d'étude pour définir un nouveau plan de mobilité, lié à l'impact redouté de la démolition future du viaduc Herrmann-Debroux, tout proche. La rénovation des égouts de la cité Logis-Floréal est en phase d'étude avec Vivaqua. Mais c'est surtout le projet de réaménagement de la place Keym, suspendu en 2018, qui occupe les esprits. "Nous l'avons relancé, précise l'échevine de l'Urbanisme Marie-Noëlle Stassart pour qu'il aboutisse sous cette législature." Tout ce qu'on peut dire à ce stade, c'est qu'il y aura beaucoup de végétation et une diminution du nombre d'emplacements de parking.

Bruxelles-Ville

Toute la réflexion s'articule autour de la volonté de créer plus de lien entre le haut et le bas de la ville, à travers notamment le réaménagement de places-clés et de grandes artères pour établir des connexions, en profitant des chantiers programmés par les gros impétrants. Il est ainsi question de réaménager Pacheco, rue du Cantersteen et de l'Empereur, de rouvrir la rue Joseph Dupont entre la rue aux Laines et celle de la Régence. La ville souhaite aussi profiter des travaux du métro 3 pour repenser les abords de la Gare Centrale. Autre axe important : la réhabilitation de places de quartier comme celles de la Liberté, de Ninove ou Bockstael (dans le cadre du contrat de quartier). La rue de Laeken bénéficiera d'un ligting en marge de la construction du nouveau centre administratif Brucity, qui devrait être achevé en 2021. Quant au piétonnier, il doit voir le bout du tunnel en 2020, année où sera introduit la demande de PU pour repenser le boulevard Adolphe Max. Deux projets de réaménagement concernent encore le boulevard Clovis et la rue Reper-Vreven, à Laeken.

Etterbeek

Beaucoup de projets dans les tiroirs du bourgmestre Vincent Dewolf, certains portés par le collège, d'autres encore à l'état de rêve... Comme celui de couler une dalle de béton entre le pont Demany et Général Jacques afin d'urbaniser le site. Plus concret, la construction du nouvel hôtel communal s'achèvera en 2020 pour regrouper, sur le site de l'ancien hôpital d'Etterbeek au square Jean Joly, l'administration (avec guichet unique), la police, le CPAS, un funérarium, un parvis, des logements, des espaces verts... L'actuel hôtel de ville sera démoli pour accueillir du logement et, espère le maïeur, une future polyclinique publique. Autre pôle en devenir : le bloc compris entre Froissard et le parc Léopold. Le centre Borschette et l'hôpital déserté vont disparaître, ce qui devrait permettre de pousser plus loin encore l'urbanisation du quartier. Last but not least, Etterbeek défend un ambitieux projet de transformation de "l'autoroute urbaine" reliant Montgomery au Cinquantenaire en boulevard urbain, favorisant une cohabitation harmonieuse entre piétons, cyclistes, automobilistes et riverains.

Evere

Sibelga et Vivaqua prévoient de travailler dans le quartier Destrier dès le 2e semestre 2020 et encore en 2021. Il s'agit de l'entretien des conduites d'eau, de gaz et d'électricité mais également de l'éclairage. Deux demandes de permis d'urbanisme sont en cours : Piérard, suppression des arbres en trottoir pour garantir la largeur de 2 mètres, et Mattheussens, suite à l'ouverture d'une nouvelle école (extension des trottoirs, sécurisation d'une traversée piétonne). Signalons également deux projets de permis d'urbanisme en cours à Oud-Kapelleke et Picardie. En cas d'évaluation positive de la phase test de la mise en sens unique de la rue Plaine d'Aviation et de l'Avenue G. Van Leeuw, un réaménagement complet de ces rues pourrait avoir lieu. L'IBGE a reçu l'approbation du collège pour travailler sur un projet de piste cyclable le long du cimetière de Bruxelles, dans la rue de l'Arbre Unique. "Les travaux du métro Nord pourraient aussi commencer dans les 5 ans. Il faut enfin tenir compte de la proximité du projet Médiapark et du projet Josaphat qui auront vraisemblablement un impact sur la mobilité dans notre commune", précise l'échevin Pascal Fresson.

Forest

Trois gros chantiers impacteront les Forestois durant les cinq prochaines années. A l'horizon 2024, le quartier Albert verra son tram transformé en métro. En attendant, les travaux de transformation de la station débuteront dès 2020. La commune souhaite un réaménagement global de la zone. "Pour les projets, on peut travailler dans une logique de triangle puisqu'on se retrouve avec des points névralgiques que sont Albert et le tram 7, en passant par Wielemans, pour rejoindre Anderlecht", explique Alain Mugabo Mukunzi, échevin de la Mobilité. "De l'autre côté, l'autre défi, c'est le coeur de Forest." En plus de la rénovation de l'abbaye, en cours, Forest a demandé l'aide de la Stib et de Bruxelles-Mobilité afin de rendre les alentours de la place Saint-Denis accessibles à tous les modes de transport tout en donnant la priorité aux modes actifs et aux transports en commun. Pour finir, le quartier du Wiels, "totalement englué par la voiture", martèle Charles Spapens, échevin de la Revitalisation urbaine. Après grande réflexion, "l'objectif est de réaménager une nouvelle place publique entre les deux bâtiments culturels". Pas de date prévue, mais en attendant les gros travaux, des cheminements seront installés afin de rendre plus confortable la circulation des piétons et des cyclistes.

Ganshoren

Dans l'absolu, les Ganshorenois feront face à peu de travaux "car les finances communales ne nous permettent pas de mener une politique de grands travaux et que la région investit très peu à Ganshoren", explique Magali Cornelissen, échevine de la Mobilité. Le réaménagement de l'avenue de Villegas et la suite de la rénovation du tunnel Léopold II sont tout de même à prévoir. "Les mesures d'accompagnement pour le chantier du tunnel, telles que décidées par la Région, ont été déterminées sans communication avec les communes et sans tenir compte de leur point de vue", tient à préciser l'échevine. A court terme, et sous condition d'obtention d'un subside régional de sécurité routière, l'avenue Marie de Hongrie sera réaménagée et mise en zone 30. Le réaménagement de l'avenue Charles-Quint est annoncé dans le plan Good Move. "Cela fait plus de trente ans que cette principale porte d'entrée dans Bruxelles doit être réaménagée et que nous demandons le passage à l'acte. Aujourd'hui, il y a urgence", martèle l'échevine.

Le rond-Point du Pannenhuis : revu de fond en comble. © DR

Ixelles

Quelque 23,5 millions d'euros vont être débloqués durant la législature pour rénover 64 rues et trottoirs, quatre grandes places et améliorer le confort et la sécurité de plusieurs carrefours, résumé l'échevin des Travaux publics Romain De Reusme. Points forts : le réaménagement de la place du Châtelain, des carrefours autour des étangs d'Ixelles (une connexion piétonne sera créée vers l'abbaye), l'aménagement de passerelles piétonnes et cyclistes (avec Infrabel) sur le pont Fraiteur, le relooking de l'avenue de la Couronne entre Général Jacques et le cimetière et le réaménagement complet de la chaussée de Boondael entre Flagey et le boulevard.

Jette

Dans le cadre du contrat de quartier Magritte, la commune veut désenclaver le quartier Esseghem, afin d'améliorer le confort et la sécurité des riverains. Au programme : rénovation des égouts, remplacement des rails de tram et réaménagement complet de la voirie. Côté planning, tous les projets devront voir le jour avant 2022. Fin du chantier prévu pour janvier 2020 : le rond-point du Pannenhuis se voit lui aussi complètement réaménagé en espace partagé et place piétonne avec bancs, jardin de pluie et plantations. Sur l'avenue de l'Arbre Ballon, la Stib pose de nouvelles voies de tram et le tronçon entre l'avenue de l'Exposition et le square Palfijn est totalement réaménagé. Par ailleurs, s'agissant de moins gros chantiers mais impactant tout de même pour les riverains : les rues C. Hoornaert, Levis Mirepoix, Pierre Timmermans, Léopold Ier, O. Warland et J-J. Crocq connaîtront des phases de travaux. Elles devraient débuter dans le courant de l'année et se finiront, sous réserves météorologiques, entre une semaine et quatre mois.

Koekelberg

"Ce qui est prioritaire pour nous, dans tous les réaménagements qu'on doit encore planifier pour les années à venir, c'est la sécurité et le confort des piétons en leur donnant plus d'espace, des trottoirs plus larges et des traversées de route accessibles pour tous", explique Marie Bijnens, échevine de la Mobilité. Les Koekelbergeois connaîtront plusieurs phases de chantier dès 2020. Aux abords de Simonis, du square Vande Sande et de la rue Herkoliers, tout un réaménagement est prévu : verdurisation, pose d'escaliers, agrandissement des trottoirs, arceaux à vélos et surélévation du square Félix Vande Sande et des voiries alentours afin de rendre le cheminement piéton plus convivial. A la rue De Neck, des coussins berlinois seront placés au centre de la rue, qui connaîtra le même aménagement que le quartier cité ci-dessus. 2022-2023: verdurisation, aussi, et amélioration de la voirie pour les usagers faibles prévus pour la rue Montagne-Aux-Anges. Les chantiers ultérieurs ne sont pas encore fixés formellement mais la commune vise à continuer une revitalisation urbaine dans le bas de Koekelberg. Par exemple : une place piétonne dans la rue des Braves entre les bâtiments de l'école primaire et secondaire et des interventions plus spécifiques et ponctuelles pour augmenter la sécurité routière dans l'entièreté de la commune.

Molenbeek

"Molenbeek veut construire des ponts". Abdellah Achaoui et Jef Van Damme, respectivement échevins de la Mobilité et des Travaux publics, sont clairs : "Ils permettront de créer des liens avec Bruxelles." Avec un début de chantier prévu à l'automne 2019, le pont Suzan Daniel surplombera le canal de Bruxelles pour relier le quartier de la gare du Nord au site de Tour & Taxis. Cette passerelle sera dédiée aux transports en commun et à la mobilité douce. Fin prévue au printemps 2021. Dès 2020, un pont piéton verra le jour un peu plus loin le long du Canal, à hauteur de la station de métro Comte de Flandre, dans le prolongement de la rue Saint-Marie, à Molenbeek, jusqu'au carrefour entre le boulevard de Nieuport et la rue Locquenghien, à Bruxelles-ville. "Dans la continuité du réaménagement de la Porte de Ninove, Beliris va implanter une autre passerelle piétonne qui se dressera entre la porte de Ninove et le Mima, où se trouve la brasserie Belle-Vue", explique les deux échevins. "Mais n'oublions pas le pont Jubilé", impérativement à rénover depuis les risques d'effondrement en décembre 2018. Les travaux devraient commencer aux alentours de 2021-2022 et l'impact sera énorme sur le quartier puisqu'il est fortement emprunté. 2022 également : "Nous devons intervenir sur la passerelle du pont Beekkant, en très mauvais état." Il sera rénové, dans le cadre de l'aménagement complet du quartier de la rue Vandenpeereboom, où une piste cyclo-piétonne sera créée dès le 1er janvier 2020, et du site de la gare de l'Ouest. En cours et pour 2020 : les places Brunfaut et Jef Mennekens seront totalement rénovées. Enfin, entre 2019 et 2021, le contrat de quartier Petite-Senne, à Eyvaert, permettra la création d'un jardin d'hiver, un nouvel espace public. L'impact sera surtout ressenti quai de l'Industrie.

Saint-Gilles

"Le gros chantier qui a déjà commencé chez nous, c'est le chantier du métro Constitution. Il impacte le boulevard Jamar, Esplanade et la petite Ceinture. On a donc commencé en février 2019 avec les impétrants (Vivaqua, Sibelga, tout ce qui se trouve dans le sol), il faut faire tout cela avant de commencer le chantier du métro à proprement parler, qui devrait durer jusqu'à fin 2024", explique Catherine Morenville, échevine de la Mobilité. En 2021, la célèbre Barrière doit subir des transformations. La Stib, qui remplace petit à petit ses rails de tram, compte intervenir. "On va devoir sûrement passer au milieu de la Barrière au lieu de tourner autour. Avec un réaménagement des trottoirs, des passages piétons, des traversées piétonnes pour les vélos... Un gros réaménagement en perspective", précise l'échevine. Fin 2020-début 2021 : des projets de remplacement de la voirie de façade à façade seront concrétisés afin de faciliter le passage du tram, les rues Moris et de L'aqueduc sont concernées. Après le passage des impétrants, la Stib viendra pour remplacer les rails et faire passer le tram en site propre rue de l'Aqueduc. 2021-2022 : la place Marie-Janson sera réaménagée en parc urbain. Les rues de Moscou et Jourdan deviendront piétonnes. Un espace partagé entre la place et le parc Pierre Paulus verra le jour. Pour finir, un projet de piétonisation de la place Van Meenen "avec un timing vraiment sous réserve" est en cours d'études. Les travaux ne commenceront pas avant fin 2022, "il reste encore trop d'inconnues".

La place Marie Janson, à Saint-Gilles, deviendra un parc urbain. © DR

Saint-Josse

Les travaux en cours dans le quartier de la Place Guy Cudell (Artichaut-Pacification) orchestrés par Vivaqua, la Ville de Bruxelles, et la Région prendront fin début 2020. Saint-Josse, la Région, Sibelga et Infrabel vont entreprendre d'importants travaux, prévus en 2020-2021dans les tunnels du Quartier Nord (Gineste, Brabant, Place du Nord). Également à l'agenda d'ici à 2022 : rue de l'Abondance, rue de la Limite, rue Van Bemmel, rue des 2 Églises (CQ6 - îlot Cudell). Au niveau de la petite ceinture et pour ce qui concerne la Région, le projet de la petite ceinture cyclable, se poursuit entre la place Quetelet et la place Rogier. Muriel Deleu, cabinet du Bourgmestre : "Je n'ai pas de date d'intervention mais ils ont déjà obtenu le permis d'urbanisme. Il reste à coordonner les travaux de réseaux avec le chantier à venir. La Région est actuellement en train de finaliser leur planning à court terme, ils ont beaucoup de projets et pas assez de personnel pour suivre. Ils doivent prioriser les dossiers, le nouveau gouvernement devrait avoir une influence à ce sujet. Les impétrants vont coordonner leurs travaux avec nous, mais ils auront peut-être d'autres demandes, ceci dit cela ne concerne que les infrastructures souterraines (résultats non visibles). Par ailleurs, la commune va lancer un plan quinquennal de rénovation des voiries et des trottoirs, dont la date n'est pas encore définie."

Schaerbeek

Trois chantiers significatifs sont à signaler pour les prochaines années : ceux portés par la STIB Avenue Princesse Élisabeth (changement des voies et réfection de la voirie de façade à façade) ; les travaux de Beliris Rue Royale Sainte-Marie (réfection de façade à façade) ; ceux menés par la commune Avenue Louis Bertrand pour une autre réfection de façade à façade. À noter également tous les travaux préparatoires à l'arrivée de la ligne 3 du métro et notamment les abords des futures stations Gare du Nord, Liedts, Colignon, Verboekhoven et Riga.

Uccle

Un chantier conséquent qui se tient actuellement à Uccle est celui relatif au réaménagement de la Chaussée d'Alsemberg entre Globe et Coghen. "À l'heure actuelle, ce sont les impétrants (Vivaqua) qui sont à l'oeuvre. La chaussée est ainsi mise à sens unique (jusque fin novembre) entre De Bue et Bens. Elle sera remise à double sens en décembre, durant la période des fêtes de fin d'année. Elle sera à nouveau remise à sens unique par tronçon dès janvier 2020" explique Thibaut Wyngaard, premier échevin. Chaussée Saint-Job vers Hellevelt, la rénovation des égouts par Vivaqua débutera en décembre 2019. À l'été 2020, ce sera la fermeture de l'avenue Brugmann entre Boetendael et Héros pour la dernière phase des travaux de la STIB. D'ici 2022, la commune prévoit de nombreux travaux d'asphaltage et le réaménagement de l'ancien Dieweg, le Clos de Percke, le Chemin du Puits, la rue Égide Van Ophem, et l'av. du Bourgmestre Jean Hérinckx, ainsi que l'aménagement d'itinéraires cyclables par un passage sous la gare de Calevoet et via une passerelle au Verrewinkel. Et, bien entendu le réaménagement de la Place Saint-job, tant attendu, qui devrait changer de visage. Les travaux devraient durer 18 à 24 mois et débuteraient en 2020 ou 2021. "Ce projet de réaménagement va se faire en concertation étroite avec les habitants et les associations de commerçants. On ne veut rien imposer à personne" précise l'échevin.

Woluwe Saint-Pierre

Au cabinet du bourgmestre, Arnaud Despiegelaere évoque les chantiers suivants. Dans le quartier Stockel-Place Dumon, la mobilité au bout de l'avenue Grandchamp en direction du rond-point Roi Baudouin est actuellement perturbée à cause de la construction du bassin d'orage. Le bout de l'avenue Grandchamp est fermé depuis mi-avril 2018 et le restera jusqu'à la fin des travaux lors du dernier trimestre 2020. L'avenue de Hinnisdael va être réaménagée, jusqu'au carrefour avec l'avenue d'Ophem. La STIB va y remplacer les rails de tram et les poteaux de lignes aériennes, et créer un arrêt multimodal en face du Stockel Square et du Cinéma Le Stockel, qui pourra accueillir à la fois le tram 39 et le bus 36, quand une solution aura été trouvée sur l'itinéraire de ce dernier. En direction de la Place Dumon, voitures, trams et bus se partageront la même bande de circulation. Dans l'autre sens, tram et bus évolueront en site propre. Cette configuration permettra d'augmenter la largeur des quais et donc d'améliorer le confort et l'accessibilité des arrêts pour les piétons et PMR. Dans la foulée, la commune en profitera pour prolonger la zone de rencontre jusqu'au carrefour avec l'avenue d'Ophem et réaménager ce tronçon dans le même esprit que la place Dumon, avec un revêtement de sol et du mobilier urbain identiques. Ce projet de réaménagement de l'avenue de Hinnisdael est soumis à enquête publique jusqu'au 13 novembre. Dans le quartier Centre : d'ici 2024, le réaménagement complet de la Place des Maïeurs afin d'en faire un lieu de vie et de convivialité provoquera certainement quelques problèmes de mobilité mais de manière limitée puisque la place est isolée de la circulation. "Il est difficile de déterminer les problèmes réels que ce réaménagement engendrera dans la mesure où le projet n'en est qu'au stade de l'idée mais cela se réalisera en concertation avec les riverains et les commerçants" souligne A. Despiegelaere. Au Chant d'oiseau, la Drève de Nivelles dans sa première partie (Avenue des Frères Legrain-frontière avec Auderghem) va être paralysée en alternance à partir de cette fin 2019 jusqu'en 2020. Le renouvellement en profondeur de cette artère est attendue depuis des années par tout un quartier. Même chose pour l'avenue Montgolfier dans le quartier Saint-Paul : mais cette artère est moins concernée par le trafic ce qui devrait réduire l'impact sur la mobilité quotidienne.

Woluwe Saint-Lambert

Plusieurs chantiers qui ne dépendent pas du pouvoir communal impactent la mobilité sur le territoire de Woluwe-Saint-Lambert. Ces chantiers sont menés à l'initiative d'autres niveaux de pouvoirs. À titre d'exemple : le réaménagement du Boulevard Reyers, à la limite de la commune, est réalisé à l'initiative de la région bruxelloise, cette voirie étant inscrite à l'inventaire des voiries régionales. Autre chantier qui impacte fortement la mobilité sur la commune, c'est le chantier de la région flamande de réaménagement du Woluwedal. Ce chantier a débuté pendant l'été 2019, est annoncé pour une durée de 2 années et provoquera, notamment aux heures de pointe, d'importantes difficultés de circulation dans le quartier de la Woluwe. "Sur les voiries communales, le Collège dispose de la compétence pour y réaliser des travaux de réaménagement de l'espace public. Afin de ne pas surcharger encore plus les quartiers, le collège n'a pas souhaité entamer à court terme d'importants chantiers de réaménagement de l'espace public. Cependant, nous réaménagerons l'espace public de l'avenue Georges Henri (trottoirs) ainsi que des avenues du Roi Chevalier et Heydenberg. Il ne m'est pas possible de vous communiquer un délai de réalisation. En effet, outre l'avis des habitants que nous sollicitons pour tout projet de réaménagement, il nous faudra probablement obtenir un permis d'urbanisme préalablement à tout chantier de réaménagement" précise Philippe Jaquemyns, échevin chargé de la gestion de l'espace public.

Camille Berkenbaum, Cilou de Bruyn et Philippe Berkenbaum