Est-ce une bonne idée de créer un musée d'histoire flamande et un canon flamand?
...

Est-ce une bonne idée de créer un musée d'histoire flamande et un canon flamand?Un canon n'est pas une bonne idée. Celui-ci se base sur une situation contemporaine pour sélectionner des personnes, des événements, des écrits spécifiques... Et suffit-il de le connaître pour comprendre la Flandre contemporaine ? Un canon est diamétralement opposé à l'enseignement de l'histoire moderne, qui offre plusieurs perspectives et enseigne que le passé est différent selon les questions que vous posez. Deuxième objection : les politiciens ne devraient pas se préoccuper de ce qui se dit dans les leçons d'histoire. Ils ne le font pas non plus pour la physique.Les Pays-Bas ont aussi un canon. Frits van Oostrom (NDLR : professeur en sciences humaines auteur d'un canon néerlandais) dit qu'il a pu le rédiger en toute indépendance.Je veux bien le croire, mais un canon est toujours un instrument politique. On a demandé à Van Oostrom de rédiger un canon après le meurtre de Pim Fortuyn. La demande d'un canon flamand vient de l'aile identitaire de la N-VA. Je n'ai aucune idée de ce que pense mon frère, mais en tant qu'historien, il vaut mieux que ça.Un musée est-il une bonne idée? Oui. La question est la suivante : de quoi doit traiter ce musée ? De la Flandre? Et que voulez-vous dire par là ? Le comté ? Ou le Mouvement flamand ou la formation de la nation flamande ? Je pense qu'il devrait traiter ce dernier point. Et il s'agit de l'histoire de la Belgique, parce que la nation flamande est, bien sûr, un aspect de la Belgique. Je voudrais que ce musée raconte l'histoire critique de la naissance de la Flandre, mais aussi comment les choses auraient pu se dérouler différemment.Récemment, l'historien Lode Wils a fustigé "la propagande du mensonge flamand" et les nombreux mythes qui prévalent parmi les nationalistes flamands. Qu'est-ce qu'un musée est censé en faire ?Un musée doit d'abord et avant tout démonter les mythes. Les mythes sont nécessaires à l'homme, mais les historiens ne doivent pas les reproduire. C'est donc aux historiens, et non aux politiciens, de s'occuper d'un tel musée. Les politiques apportent les moyens, de sorte qu'il peut certainement y avoir un dialogue avec eux. Mais les historiens doivent se charger du contenu.Existe-t-il de bons exemples internationaux? Le Deutsches Historisches Museum de Berlin a réussi à bien expliquer une histoire complexe. Il a du nerf, précisément parce qu'il est très critique.