Après plus de 62 ans d'oppression par le régime communiste de Castro, le cri cubain pour la liberté est plus fort que jamais. Les manifestants à travers le pays descendent dans la rue pacifiquement pour une vie meilleure. Le régime réagit déjà fortement et envoie des troupes de choc pour attaquer et arrêter les manifestants. L'oppression est de retour et n'a jamais disparu.

Soleil, mer et oppression.

Pendant plus de six décennies, le régime castriste a refusé au peuple cubain les besoins les plus élémentaires, violé les droits de l'homme et interdit toutes sortes de libertés. Sur l'île, les Cubains doivent faire attention à qui ils parlent et de quoi ils parlent, car la vie est strictement surveillée par les services de sécurité. Par exemple, la critique du gouvernement n'est pas autorisée et peut même entraîner une peine de prison. Selon le rapport 2020 sur les droits de l'homme du département d'État américain, les homicides illégaux, les arrestations arbitraires, les disparitions forcées et la torture sont monnaie courante.

La situation économique de l'île est historiquement préoccupante. Le régime a refusé de passer à une autre économie après l'effondrement de l'Union soviétique, ce qui a entraîné des représailles américaines. La politique interne communiste, cependant, rend l'entrepreneuriat en lui-même presque impossible. À ce jour, les entreprises, y compris les supermarchés et les restaurants, ne sont pas autorisées à contracter des prêts bancaires ou à importer des produits. L'économie cubaine est également durement touchée par le COVID-19. Il y a des pénuries alimentaires, il n'y a pas d'investissements ni d'emplois, l'électricité est coupée régulièrement et la qualité de vie générale se dégrade visiblement.

Le régime accuse déjà toutes sortes d'ingérences étrangères et promet des réformes pour améliorer la qualité de vie. Mais en même temps, elle refuse d'abandonner le modèle castriste et de constater l'échec de la "glorieuse" révolution.

Protestations

Depuis le 11 juillet, le peuple cubain manifeste pacifiquement dans plus de 50 villes pour plus de démocratie et une vie meilleure. Et comme l'ancien président Castro en 1994, le président cubain Miguel Diaz-Canel a tenté de calmer l'atmosphère en descendant dans la rue en personne et en parlant aux manifestants. Le président Castro a été salué comme un héros à l'époque, mais le président Diaz-Canel est maltraité.

Ainsi, la réponse du régime aux manifestations n'est pas d'engager le dialogue, mais d'envoyer des forces de l'État, y compris des brigades d'intervention rapide et des militants du Parti communiste, armés de gros bâtons et d'armes. Des manifestants ont été abattus et attaqués, arrêtés et torturés. Internet a également été complètement désactivé, rendant la communication entre les manifestants impossibles.

On notera en particulier le passage dans lequel le président Diaz-Canel dans un discours télévisé a appelé ses partisans à attaquer les manifestants, déclarant que "l'ordre de se battre a été donné" malgré le caractère pacifique des manifestations. "À propos de nos cadavres. Nous sommes prêts à tout." Le ton polarisant montre à quel point la plus ancienne dictature d'Amérique latine est désespérée pour conserver le pouvoir. Diaz-Canel a laissé une petite ouverture à l'activité commerciale en dehors de l'État lors de son inauguration. Mais en vain.

Libertard

Malgré la tendance pacifique et pro-démocratique de la manifestation dans laquelle les manifestants scandent "Patria y Vida" (Patrie et Vie), le régime a déjà "disparu" plus de 700 manifestants, dont des personnalités de l'opposition comme José Daniel Ferrer ou Luis Manuel Otero. . Nous sommes habitués aux régimes autoritaires, mais ne vous trompez pas, les manifestants mineurs ne sont pas non plus à l'abri des lâchetés du régime. Les manifestants sont accusés de désordre public par le biais d'un procès sommaire sans aucune chance de défense et sans possibilité de faire appel.

L'avenir montrera exactement combien il y a de morts, d'arrestations et de disparitions. Certains pays ont déjà demandé la libération des manifestants détenus et le respect du droit de manifester. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a également demandé la libération des journalistes et des manifestants. Aujourd'hui, il est déjà clair que le régime donnera peu ou pas de réponse aux différents appels.

À ma grande surprise, cela reste assez calme dans notre pays et en Europe. Ni la presse ni la politique ne soutiennent les Cubains. Après 60 ans d'oppression, on attendrait un signal du pays et des partis politiques qui aiment être "du bon côté de l'histoire". Un signal belge pour mettre fin à la folie communiste à Cuba depuis 1959 serait néanmoins acceptable s'il pouvait donner un coup de pouce aux Cubains vers un processus démocratique durable.

La liberté, ou "Libertad" comme les Cubains eux-mêmes le chantent lors de leurs marches de protestation, à mon avis, ne peut être atteinte que par un droit démocratique à l'autodétermination de la population. Ce tournant vers la démocratie mérite donc un soutien international!

C'est l'heure de Libertad!

Kathleen Depoorter (N-VA)

Après plus de 62 ans d'oppression par le régime communiste de Castro, le cri cubain pour la liberté est plus fort que jamais. Les manifestants à travers le pays descendent dans la rue pacifiquement pour une vie meilleure. Le régime réagit déjà fortement et envoie des troupes de choc pour attaquer et arrêter les manifestants. L'oppression est de retour et n'a jamais disparu.Soleil, mer et oppression.Pendant plus de six décennies, le régime castriste a refusé au peuple cubain les besoins les plus élémentaires, violé les droits de l'homme et interdit toutes sortes de libertés. Sur l'île, les Cubains doivent faire attention à qui ils parlent et de quoi ils parlent, car la vie est strictement surveillée par les services de sécurité. Par exemple, la critique du gouvernement n'est pas autorisée et peut même entraîner une peine de prison. Selon le rapport 2020 sur les droits de l'homme du département d'État américain, les homicides illégaux, les arrestations arbitraires, les disparitions forcées et la torture sont monnaie courante.La situation économique de l'île est historiquement préoccupante. Le régime a refusé de passer à une autre économie après l'effondrement de l'Union soviétique, ce qui a entraîné des représailles américaines. La politique interne communiste, cependant, rend l'entrepreneuriat en lui-même presque impossible. À ce jour, les entreprises, y compris les supermarchés et les restaurants, ne sont pas autorisées à contracter des prêts bancaires ou à importer des produits. L'économie cubaine est également durement touchée par le COVID-19. Il y a des pénuries alimentaires, il n'y a pas d'investissements ni d'emplois, l'électricité est coupée régulièrement et la qualité de vie générale se dégrade visiblement.Le régime accuse déjà toutes sortes d'ingérences étrangères et promet des réformes pour améliorer la qualité de vie. Mais en même temps, elle refuse d'abandonner le modèle castriste et de constater l'échec de la "glorieuse" révolution.ProtestationsDepuis le 11 juillet, le peuple cubain manifeste pacifiquement dans plus de 50 villes pour plus de démocratie et une vie meilleure. Et comme l'ancien président Castro en 1994, le président cubain Miguel Diaz-Canel a tenté de calmer l'atmosphère en descendant dans la rue en personne et en parlant aux manifestants. Le président Castro a été salué comme un héros à l'époque, mais le président Diaz-Canel est maltraité.Ainsi, la réponse du régime aux manifestations n'est pas d'engager le dialogue, mais d'envoyer des forces de l'État, y compris des brigades d'intervention rapide et des militants du Parti communiste, armés de gros bâtons et d'armes. Des manifestants ont été abattus et attaqués, arrêtés et torturés. Internet a également été complètement désactivé, rendant la communication entre les manifestants impossibles.On notera en particulier le passage dans lequel le président Diaz-Canel dans un discours télévisé a appelé ses partisans à attaquer les manifestants, déclarant que "l'ordre de se battre a été donné" malgré le caractère pacifique des manifestations. "À propos de nos cadavres. Nous sommes prêts à tout." Le ton polarisant montre à quel point la plus ancienne dictature d'Amérique latine est désespérée pour conserver le pouvoir. Diaz-Canel a laissé une petite ouverture à l'activité commerciale en dehors de l'État lors de son inauguration. Mais en vain.LibertardMalgré la tendance pacifique et pro-démocratique de la manifestation dans laquelle les manifestants scandent "Patria y Vida" (Patrie et Vie), le régime a déjà "disparu" plus de 700 manifestants, dont des personnalités de l'opposition comme José Daniel Ferrer ou Luis Manuel Otero. . Nous sommes habitués aux régimes autoritaires, mais ne vous trompez pas, les manifestants mineurs ne sont pas non plus à l'abri des lâchetés du régime. Les manifestants sont accusés de désordre public par le biais d'un procès sommaire sans aucune chance de défense et sans possibilité de faire appel.L'avenir montrera exactement combien il y a de morts, d'arrestations et de disparitions. Certains pays ont déjà demandé la libération des manifestants détenus et le respect du droit de manifester. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a également demandé la libération des journalistes et des manifestants. Aujourd'hui, il est déjà clair que le régime donnera peu ou pas de réponse aux différents appels.À ma grande surprise, cela reste assez calme dans notre pays et en Europe. Ni la presse ni la politique ne soutiennent les Cubains. Après 60 ans d'oppression, on attendrait un signal du pays et des partis politiques qui aiment être "du bon côté de l'histoire". Un signal belge pour mettre fin à la folie communiste à Cuba depuis 1959 serait néanmoins acceptable s'il pouvait donner un coup de pouce aux Cubains vers un processus démocratique durable.La liberté, ou "Libertad" comme les Cubains eux-mêmes le chantent lors de leurs marches de protestation, à mon avis, ne peut être atteinte que par un droit démocratique à l'autodétermination de la population. Ce tournant vers la démocratie mérite donc un soutien international!C'est l'heure de Libertad!Kathleen Depoorter (N-VA)