Dans leur première interview commune, les trois féministes assumées lancent l'idée de cette nouvelle instance, qui impliquerait la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région bruxelloise, mais aussi le fédéral et la Flandre.

En pratique, chacune d'entre elle prévoit de saisir son gouvernement pour mettre la création de cette conférence interministérielle à l'ordre du jour du prochain comité de concertation. Les ministres aimeraient déjà inscrire ce point pour le comité de concertation de décembre.

Au sein de leurs gouvernements respectifs, elles entendent également sensibiliser leurs collègues à la lecture de genre dans toutes les compétences. "Il ne faut pas être de gauche pour être féministe et il ne faut pas avoir la compétence droit des femmes pour oeuvrer à plus d'égalité", résume Bénédicte Linard.

Christie Morreale (PS) est vice-présidente du gouvernement wallon et également en charge de l'Emploi, de la Formation et de la Santé. Bénédicte Linard (Ecolo) occupe le poste de ministre de la Culture, de la Petite Enfance et des Médias à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Tandis que Nawal Ben Hamou (PS) est secrétaire d'Etat au Logement et à l'Egalité des chances au sein du gouvernement bruxellois.