Dimanche soir, après un week-end de discussions, les présidents des 10 partis démocratiques ont convenu d'accorder des pouvoirs spéciaux au gouvernement minoritaire de Sophie Wilmès pour une durée maximale de six mois afin de faire face à la crise du coronavirus.

"Je trouve ça vraiment dommage. Nous sommes face à une crise énorme, la plus grave du siècle, qui sera sans doute suivie d'une récession. Dans n'importe quel pays normal, les deux plus grands partis seraient montés dans un gouvernement, avec deux fois cinq ministres mais le PS n'a pas osé et Ecolo et le cdH l'ont suivi", a souligné le président des nationalistes flamands.

Lire aussi: Le gouvernement Wilmès doté de pouvoirs spéciaux pour lutter contre le coronavirus

Ce dernier s'est également montré critique sur le principe même des pouvoirs spéciaux. "Pourquoi a-t-on besoin de pouvoirs spéciaux? Je ne le sais pas, sauf si le parlement ne pouvait plus se réunir. Mais qui dirait aujourd'hui à Maggie De Block qu'il ne faut pas acheter de masques ou ne pas prévoir de budgets supplémentaires pour les médecins", a poursuivi Bart De Wever.

Lire aussi: Bart De Wever: "Vu la gravité de la situation, nous souhaitions au plus vite former un gouvernement de plein exercice"

Par ailleurs, la portée de ces pouvoirs spéciaux n'est pas encore définie, Sophie Wilmès ayant convoqué les présidents de parti en fin d'après-midi ce lundi. "Je n'ai encore rien vu. Nous allons envoyer quelqu'un à cette réunion et examiner les textes pour voir s'ils apportent quelque chose de plus aux pouvoirs dont dispose déjà le gouvernement", a conclu M De Wever.

Dimanche soir, après un week-end de discussions, les présidents des 10 partis démocratiques ont convenu d'accorder des pouvoirs spéciaux au gouvernement minoritaire de Sophie Wilmès pour une durée maximale de six mois afin de faire face à la crise du coronavirus. "Je trouve ça vraiment dommage. Nous sommes face à une crise énorme, la plus grave du siècle, qui sera sans doute suivie d'une récession. Dans n'importe quel pays normal, les deux plus grands partis seraient montés dans un gouvernement, avec deux fois cinq ministres mais le PS n'a pas osé et Ecolo et le cdH l'ont suivi", a souligné le président des nationalistes flamands.Lire aussi: Le gouvernement Wilmès doté de pouvoirs spéciaux pour lutter contre le coronavirus Ce dernier s'est également montré critique sur le principe même des pouvoirs spéciaux. "Pourquoi a-t-on besoin de pouvoirs spéciaux? Je ne le sais pas, sauf si le parlement ne pouvait plus se réunir. Mais qui dirait aujourd'hui à Maggie De Block qu'il ne faut pas acheter de masques ou ne pas prévoir de budgets supplémentaires pour les médecins", a poursuivi Bart De Wever.Lire aussi: Bart De Wever: "Vu la gravité de la situation, nous souhaitions au plus vite former un gouvernement de plein exercice" Par ailleurs, la portée de ces pouvoirs spéciaux n'est pas encore définie, Sophie Wilmès ayant convoqué les présidents de parti en fin d'après-midi ce lundi. "Je n'ai encore rien vu. Nous allons envoyer quelqu'un à cette réunion et examiner les textes pour voir s'ils apportent quelque chose de plus aux pouvoirs dont dispose déjà le gouvernement", a conclu M De Wever.