Baudouin, Lumumba, Mobutu : l'histoire secrète du Congo

18/07/18 à 09:15 - Mise à jour à 09:15
Du Le Vif/L'Express du 12/07/18

De la fin de l'époque coloniale aux turbulences de l'ère Mobutu, Baudouin a imprimé sa marque sur la politique congolaise de la Belgique. Un interventionnisme qui a mis plus d'une fois le gouvernement dans l'embarras.

Ils sont trois sur la liste noire. Trois présidents jugés indésirables en Belgique en août 1993. La famille royale n'a pas souhaité la présence, aux funérailles du roi Baudouin, du Serbe Slobodan Milosevic, de l'Irakien Saddam Hussein et du Zaïrois Mobutu. L'homme à la toque de léopard a pourtant tenté le forcing pour se faire inviter aux obsèques, à Bruxelles. Sa mise à l'index l'a profondément blessé. A l'automne de son règne, il rappelait volontiers l'amitié qui le liait à Baudouin et leur proximité générationnelle : " Nous avons le même âge, il est de septembre, je suis d'octobre " (1930). Au milieu des années 1960, Mobutu, parvenu au sommet de l'Etat, s'adonne à une lubie mimétique. Pour ressembler au roi des Belges, devenir son noir jumeau, il porte les mêmes lunettes que lui, adopte les mêmes coupes d'uniformes et prend le même air songeur. Il a vite trouvé les mots justes pour plaire au souverain : " Il faut préserver l'héritage de Léopold II ", déclare-t-il. Le président congolais tient à traiter d'égal à égal avec le roi, qu'il appelle " mon cousin ". Baudouin est le parrain d'une de ses filles.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires