La plupart des peines de travail - environ la moitié en 2015 - ont été appliquées en Wallonie, un tiers en Flandres. Mais des deux côtés de la frontière linguistique, ce type de peine a augmenté entre 2011 et 2015. Le chiffre est resté stable uniquement à Bruxelles.

D'après le ministre, ces peines de travail contribuent à la réintégration d'un détenu. "Qui a commis un délit grave doit de toute façon toujours aller en prison", souligne le ministre. "Mais si une peine de travail pour des délits plus légers offre des meilleurs résultats, alors je suis en faveur."

La plupart des peines de travail - environ la moitié en 2015 - ont été appliquées en Wallonie, un tiers en Flandres. Mais des deux côtés de la frontière linguistique, ce type de peine a augmenté entre 2011 et 2015. Le chiffre est resté stable uniquement à Bruxelles. D'après le ministre, ces peines de travail contribuent à la réintégration d'un détenu. "Qui a commis un délit grave doit de toute façon toujours aller en prison", souligne le ministre. "Mais si une peine de travail pour des délits plus légers offre des meilleurs résultats, alors je suis en faveur."