Kris Bachus qualifie de "panique" l'agitation suscitée ces derniers jours par les prix élevés du gaz et de l'électricité. Ces derniers ne flambent-ils pas? "Ah", soupire Bachus, chercheur en politique climatique à l'HIVA à la KU Leuven depuis plus de vingt ans, "nous savons que les prix de l'énergie peuvent augmenter et diminuer. Et que des facteurs temporaires et conjoncturels déterminent également cette situation, comme cela semble être le cas actuellement. Je vais vous retrouver l'information." Il tapote sur son PC et fait apparaître deux graphiques. Le premier concerne le prix de l'électricité et montre qu'il a effectivement augmenté fortement par rapport à l'année dernière, mais que la hausse par rapport à il y a deux ans est négligeable. Le deuxième graphique montre une évolution similaire pour le prix du gaz, bien que celui-ci ait augmenté plus fortement que le prix de l'électricité.
...

Kris Bachus qualifie de "panique" l'agitation suscitée ces derniers jours par les prix élevés du gaz et de l'électricité. Ces derniers ne flambent-ils pas? "Ah", soupire Bachus, chercheur en politique climatique à l'HIVA à la KU Leuven depuis plus de vingt ans, "nous savons que les prix de l'énergie peuvent augmenter et diminuer. Et que des facteurs temporaires et conjoncturels déterminent également cette situation, comme cela semble être le cas actuellement. Je vais vous retrouver l'information." Il tapote sur son PC et fait apparaître deux graphiques. Le premier concerne le prix de l'électricité et montre qu'il a effectivement augmenté fortement par rapport à l'année dernière, mais que la hausse par rapport à il y a deux ans est négligeable. Le deuxième graphique montre une évolution similaire pour le prix du gaz, bien que celui-ci ait augmenté plus fortement que le prix de l'électricité.Bachus : "Bien sûr, les prix ont fortement augmenté par rapport à l'année dernière, car à l'époque, l'économie était en veilleuse. En conséquence, les prix de l'énergie étaient extrêmement bas. Maintenant que l'économie se redresse, il est logique que les prix de l'énergie augmentent. Et puis les gens se concentrent sur le fait que les prix ont doublé en un an, mais pas sur le fait qu'on ne peut pas parler d'une augmentation spectaculaire quand on compare les prix des cinq dernières années".Aujourd'hui, on entend des plaidoyers pour que le gouvernement réduise la TVA sur l'énergie de 21 à 6 % afin que la facture énergétique diminue.Kris Bachus : Je ne le recommande pas, car une telle réduction de la TVA coûte beaucoup d'argent. La facture de gaz naturel d'une famille s'élève désormais à 1 528 euros par an en moyenne, dont 263 euros de TVA. Il y a environ 5 millions de ménages dans notre pays, ce qui signifie que le gouvernement engrange 1,3 milliard d'euros de recettes. Supposons que vous réduisiez la TVA de 21 à 6 %, cela représente 941 millions d'euros de recettes en moins par an. Quelles dépenses le gouvernement fédéral ne fera-t-il pas pour compenser cela ? Et qui sait, peut-être le prix de l'essence baissera-t-il à nouveau dans quelques mois. Baisser la TVA serait une politique au lance-flammes.Il y a eu un temps où la TVA sur l'énergie était de 6 %?Les partisans d'une diminution disent toujours cela, mais c'est un raisonnement incorrect. La TVA a toujours été de 21 %, mais le gouvernement Di Rupo l'a réduite à 6 % à titre de mesure temporaire pour une période de deux ans. Et il l'a annoncé comme tel. Après deux ans, le taux de TVA a été ramené au taux normal de 21 %.La TVA sur les produits de première nécessité, tels que les denrées alimentaires, est de 6 %. L'énergie n'est-elle pas un produit de première nécessité?Je suis d'accord pour dire que l'énergie est un besoin fondamental, du moins dans une certaine mesure. On pourrait dire que les 10 000 ou 15 000 premiers kilowattheures de gaz sont vraiment nécessaires pour chauffer une maison modeste en hiver. Vous pourriez donc éventuellement réduire les taxes pour cette partie, mais comme vous achetez le gaz sur le marché, cela devient assez complexe au niveau administratif. En outre, une réduction de la TVA profite à un groupe beaucoup plus large que ceux qui en ont réellement besoin.Plus d'un million de ménages belges ont recours au tarif social maximum. Cela ne signifie-t-il pas que la facture énergétique est trop élevée ?Les conditions ont été temporairement assouplies, ce qui a augmenté le nombre de bénéficiaires. Bien sûr, certains groupes de la société peuvent avoir des problèmes si la facture énergétique augmente, mais nous devons être honnêtes : l'augmentation a été limitée jusqu'à présent. En outre, le taux maximal social n'est pas très différent du prix le plus bas que vous pouvez trouver sur le marché. Cela ne fait pas la différence entre la survie financière ou la faillite.Mais un million de familles qui l'utilisent, c'est beaucoup, non ?Oui, mais de quoi parle-t-on ? Nous parlons d'une facture de 1 500 euros par an pour le gaz et de 1 000 euros pour l'électricité. Maintenant, regardez le coût de la vie. Une maison louée coûte facilement entre 8 000 et 12 000 euros par an. C'est beaucoup plus que la facture d'énergie. La pauvreté est un problème global, où la facture énergétique joue un rôle, mais pas le plus important.Le ministre de l'Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen), veut prolonger le tarif social pour ce groupe important de personnes. Une bonne idée?Ce n'est pas la meilleure mesure. Si vous êtes préoccupé par l'effet du prix actuel de l'énergie sur les familles pauvres, il existe des mesures plus efficaces que l'extension du plafond social pour un grand groupe de personnes ou la réduction de la TVA.Telles que ? Il faut soutenir les personnes qui en ont vraiment besoin. Cela peut se faire par le biais d'un montant fixe sous la forme d'un bon d'énergie. Si vous dépensez moins d'énergie, vous en profitez relativement plus. Vous pouvez également introduire une prime temporaire pour les personnes ayant un revenu d'intégration et les pensions les plus basses, afin d'atteindre les groupes vulnérables. Intervenir sur le prix de l'énergie lui-même n'est pas un bon instrument pour lutter contre la pauvreté, mais cela pourrait aussi avoir pour effet que les gens, y compris les pauvres, consomment plus d'énergie. Et c'est ce que nous devons absolument éviter.Prenons l'exemple de la facture d'électricité. En plus de la TVA, nous payons beaucoup de droits d'accises. Certaines personnes qualifient cette facture de déclaration d'impôts déguisée.C'est plus nuancé. Outre la TVA de 21 %, les ménages sont encore taxés à hauteur de 6,6 % sur le prix du gaz naturel sous forme de taxes et d'accises. Pour l'électricité, il est de 7,8 %, sans compter les obligations dites de service public, que le gouvernement impose aux producteurs et fournisseurs d'électricité. Ce sont ces obligations qui font grimper la facture d'électricité de 25 % supplémentaires.Quelles sont les obligations de service public ?Tout d'abord, il y a des obligations techniques qui sont nécessaires pour que tout le monde puisse avoir de l'électricité facilement. Ce sont de petits montants. Ensuite, il y a les obligations sociales, comme l'application d'un tarif social maximal. Enfin, il y a les obligations écologiques, comme les investissements dans les parcs éoliens en mer et le paiement de l'électricité verte et des certificats de production combinée de chaleur et d'électricité. Ces obligations sociales et écologiques, que nous finançons via la facture d'électricité, soulèvent des questions. Est-il vraiment nécessaire de mener une politique sociale et écologique via la facture d'électricité ? Ne serait-il pas préférable que l'État le finance à partir des ressources générales dont il dispose par le biais de la fiscalité ? Si le gouvernement décide d'investir dans des éoliennes, ne serait-il pas préférable de retirer l'argent du budget du département de l'énergie ? Il y a beaucoup de choses à dire à ce sujet.Donc : nous pouvons retirer de la facture d'électricité la pseudo-taxe de 25% pour les obligations de service public, afin de la baisser considérablement ?Je ne le ferais pas, car la question des émissions de CO2 et de leurs conséquences sur le climat est bien plus importante que le débat actuel sur le prix. D'un point de vue environnemental, un prix de l'énergie plus élevé est une bonne chose. Vous devez savoir que les taxes réelles sur un certain nombre de produits énergétiques dans notre pays, tels que le gaz et le mazout, sont très faibles par rapport à nos pays voisins. Je me réjouis donc que ces obligations de service public soient toujours là pour faire monter un peu le prix de l'énergie, afin de réduire la consommation.Le gouvernement devrait-il même rendre l'énergie plus chère et instaurer davantage de taxes?Ce n'est pas le bon moment pour le dire, mais au fond, le gouvernement devrait rendre l'énergie encore plus chère. C'est pourquoi je plaide pour un tax shift climatique qui - et c'est important - soit budgétairement neutre. Les taxes sur certaines sources d'énergie doivent être augmentées, mais doivent être compensées par un montant équivalent.Quels prix de l'énergie augmenteriez-vous ?Il y a trois possibilités. Premièrement, vous pouvez augmenter les taxes sur l'essence et le diesel, deuxièmement sur le gaz et le mazout, et troisièmement sur l'électricité. Pouvez-vous augmenter les taxes sur l'essence et le diesel ? Elles s'élèvent déjà à 60 centimes d'euro par litre et représentent environ 54% du prix de vente. Elles sont donc déjà très élevées, mais je pense que nous pourrions ajouter 10 cents supplémentaires. Cela nous permettrait de dire plus rapidement adieu à l'essence et au diesel comme carburant automobile.Et que faire du mazout et du gaz ? Outre la TVA, les taxes sur le mazout, à 1,7 centime par litre, et sur le gaz, à 1,75 euro par mégawattheure, sont encore assez faibles dans notre pays par rapport à nos voisins. Dans les deux cas, elles représentent à peine 7 % du prix final, hors TVA. Depuis vingt ans, la Commission européenne et l'OCDE reprochent à la Belgique que nos taxes sur l'énergie sont beaucoup trop faibles - sans compter celles sur le diesel et l'essence. À terme, les accises sur le mazout et le gaz naturel doivent être augmentées de manière significative, non pas comme une mesure isolée mais dans le cadre d'un changement de fiscalité climatique. À terme, le mazout et le gaz doivent disparaître comme combustibles de chauffage. Ce n'est pas facile, mais les Pays-Bas, par exemple, sont beaucoup plus loin dans cette discussion.Et puis il y a la facture d'électricité. Vous avez dit que vous ne supprimeriez pas les pseudo-taxes de 25 % ?La particularité de l'électricité est qu'elle fait partie du problème, car sa production entraîne des émissions de CO2, mais elle fait aussi partie de la solution, car la transition énergétique devra passer par l'électrification. Ce passage à l'électricité commence déjà à se produire pour les voitures et les bus, mais à terme, nous devrons également abandonner le mazout et le gaz pour le chauffage de nos maisons. Et qu'est-ce qui va prendre leur place ? Principalement les pompes à chaleur, qui sont beaucoup plus efficaces sur le plan énergétique, mais qui utilisent toujours de l'électricité. C'est pourquoi il faut rendre l'électricité plus chère, mais pas trop, car cela retarderait considérablement la transition vers l'électricité et pourrait même la rendre impossible.Pour répondre à votre question sur la pseudo-taxe de 25% sur les obligations de service public, dans le cadre d'un tax shift climatique, j'introduirais immédiatement une autre taxe sur l'électricité, disons de 15 %, qui permettrait de facturer les émissions de CO2 de l'électricité. En termes nets, le prix de votre électricité baisserait quand même de 10 %, de sorte que la transition des combustibles fossiles vers l'électricité ne serait pas ralentie.En résumé : avec le tax shit climatique, j'augmenterais certainement les taxes sur le mazout et le gaz et aussi un peu sur l'essence et le diesel, tandis que les taxes sur l'électricité pourraient être un peu plus faibles si nous supprimions les pseudo-taxes du projet de loi. Je trouve dommage que la réforme fiscale sur laquelle travaille actuellement le ministre Vincent Van Peteghem (CD&V) ne fasse pas du climat un objectif clé. Les ministres l'ont souvent annoncé par le passé, mais lorsque les discussions politiques sont devenues plus concrètes, l'écologisation du système fiscal a généralement disparu.Mais nous aurons besoin de plus d'électricité à l'avenir parce qu'elle remplacera certaines des autres sources d'énergie ?Il n'y a aucun doute là-dessus. En tout état de cause, la consommation d'électricité augmentera fortement.Où allons-nous trouver cette électricité ? Vous soulignez l'importance du climat et des émissions de CO2. Ne serait-il pas préférable de maintenir deux centrales nucléaires ouvertes - ce sur quoi le gouvernement De Croo devra bientôt se prononcer ?Examinons les faits. Premièrement, nous avons maintenant sept réacteurs nucléaires répartis sur deux sites. Cinq d'entre eux ne font l'objet d'aucun débat : pour des raisons techniques, nous ne pouvons plus les maintenir ouverts en toute sécurité et ils seront fermés. La discussion porte donc sur le maintien en activité de deux des sept centrales nucléaires. Deux : la consommation totale d'énergie en Belgique provient à environ 20 % de l'électricité et à 80 % d'autres sources d'énergie. Sur ces 20 % d'électricité, 40 à 50 % sont produits par l'énergie nucléaire. Nous parlons donc de 10 % de la consommation totale d'énergie. Cinq des sept centrales nucléaires doivent de toute façon être fermées, de sorte que le débat sur le maintien en activité de deux centrales nucléaires représente environ 3 % de notre consommation totale d'énergie. Beaucoup de gens l'oublient parce que c'est devenu un débat idéologique. Tout se résume à ceci : soit vous aimez l'énergie nucléaire, soit vous la détestez.D'accord, mais les deux centrales nucléaires doivent-elles rester ouvertes plus longtemps ?Si vous regardez uniquement les émissions de CO2, je dirais que oui. Mais un argument contre est bien sûr la question des déchets nucléaires. Je sais, je ne me prononce pas clairement, mais en fin de compte, c'est une décision politique.Ne deviendrons-nous pas plus dépendants de l'énergie étrangère si nous fermons toutes nos centrales nucléaires?La question est de savoir si nous devons craindre notre dépendance énergétique à l'égard des pays étrangers. Avez-vous une idée du nombre de litres de pétrole et de mètres cubes de gaz que nous produisons en Belgique ?Zéro.En effet, zéro, à part un peu de biocarburant ici et là. Nous sommes donc très dépendants des pays étrangers. Et en plus des pays comme la Russie pour le gaz. Nous enrichissons des pays que nous ne voulons pas vraiment enrichir. Comment cela changera-t-il à l'avenir, lorsque nous passerons en masse aux sources renouvelables ? On produira plus d'énergie au niveau national. Mais il faut être réaliste : nous ne pourrons pas couvrir nos besoins énergétiques actuels avec l'énergie solaire et éolienne produite en Belgique. Notre pays, et surtout notre littoral, est bien trop petit pour cela. Par conséquent, à l'avenir, nous devrons également nous procurer une partie de notre énergie à l'étranger, mais cela ne me dérangerait pas s'il s'agissait de pays amis. L'Espagne, par exemple, est bien mieux placée que la Belgique pour installer des panneaux solaires. Pourquoi n'y achèterions-nous pas une partie de notre énergie ?Vous savez ce qui me dérange le plus ? Que dans l'ensemble du débat sur l'énergie tel qu'il est mené actuellement, les économies d'énergie ne sont pratiquement pas prises en compte. C'est une compétence régionale. Mais il est extrêmement important que nous réduisions nos besoins en énergie. En outre, les défis sont énormes pour nos foyers. Il y a beaucoup de rénovations en cours, mais on accorde plus d'attention à une nouvelle salle de bains ou à une nouvelle cuisine qu'à l'isolation et aux économies d'énergie. C'est parce que les niveaux de politique ne dirigent pas suffisamment. Pour les nouveaux bâtiments, la politique est très stricte, mais pour les rénovations ou la vente d'un logement, on pourrait rendre obligatoire une rénovation énergétique.Enfin, comment évaluez-vous la politique énergétique des dernières décennies dans notre pays ?Il est clair que tous les gouvernements, à tous les niveaux, ont été négligents. Il y a dix-huit ans, la décision a été prise d'abandonner l'énergie nucléaire. Entre 2003 et 2021, les gouvernements n'ont pas élaboré de plan - et s'il y en a eu un, il n'a pas été mis en oeuvre. En conséquence, nous devons maintenant prendre des décisions, comme la construction de centrales au gaz pour pallier la fermeture de centrales nucléaires, afin de ne pas compromettre la sécurité d'approvisionnement à court terme. Parce que c'est quand même la préoccupation la plus importante de toutes : si demain il n'y a plus de courant qui sort de la prise murale, le pays sera sens dessus dessous. Mais cette politique à court terme est en contradiction avec la vision à long terme de la réduction des émissions de CO2. Comme la plupart des partis politiques ont fait partie des gouvernements fédéraux ou régionaux ces 18 dernières années, il s'agit d'une responsabilité collective.