L'officier commandant le secours au Siamu était à l'aéroport dès 8h20. Constatant la gravité de la situation, il a demandé l'envoi de secours supplémentaires dès ce moment-là. Le centre 100 de Louvain a cependant estimé que cela n'était "pas nécessaire". "Il y a suffisamment de moyens sur place", lui répond Louvain lorsqu'il appelle lui-même vers 8h45.

La situation se débloque vers 8h55 avec l'intervention du directeur médical du plan Catastrophe.

Cécile Jodogne estime qu'il y a eu "une sous-estimation de la gravité des choses" à Louvain. Elle a transmis le rapport du Siamu et les transcriptions des communications au président de la commission Attentat à la Chambre, Patrick Dewael, pour "contribuer à améliorer les choses".

L'officier commandant le secours au Siamu était à l'aéroport dès 8h20. Constatant la gravité de la situation, il a demandé l'envoi de secours supplémentaires dès ce moment-là. Le centre 100 de Louvain a cependant estimé que cela n'était "pas nécessaire". "Il y a suffisamment de moyens sur place", lui répond Louvain lorsqu'il appelle lui-même vers 8h45. La situation se débloque vers 8h55 avec l'intervention du directeur médical du plan Catastrophe. Cécile Jodogne estime qu'il y a eu "une sous-estimation de la gravité des choses" à Louvain. Elle a transmis le rapport du Siamu et les transcriptions des communications au président de la commission Attentat à la Chambre, Patrick Dewael, pour "contribuer à améliorer les choses".