Mercredi, à huis-clos, les députés ont formulé leurs remarques à propos du rapport remis par les experts la semaine passée. Les observations sont nombreuses, les experts les intégreront à leur travail et la commission devrait se réunir à nouveau lundi, sans doute au finish pour adopter un rapport "intermédiaire/provisoire" avant les vacances parlementaires.

L'idée d'une cellule de commandement opérationnelle fédérale semble avoir déjà vécu. Plusieurs groupes politiques de la majorité et de l'opposition ne veulent pas créer une instance supplémentaire. La tendance majoritaire va vers une redéfinition et une clarification du rôle des différentes cellules qui composent le centre de crise. Dans l'opposition, certains groupes ne semblent toutefois pas sur cette longueur d'ondes et s'inquiètent d'un "dégonflement" des recommandations des experts.

Dans leur rapport transmis mercredi passé, les experts préconisaient la création d'une cellule de commandement opérationnelle au sein du centre de crise, chargée de la communication directe de toutes les décisions prises par la cellule de gestion aux services et acteurs impliqués dans leur exécution, ceux-ci étant également "tenus de suivre cette exécution". Ceci afin d'éviter une gestion de la crise "en cascade".

Le rapport "intermédiaire/provisoire" formulera des recommandations sur un certain nombre de points. Des constats seront aussi posés. Certains commissaires pointent déjà du doigt des "erreurs" ou des "fautes", notamment dans le déclenchement jugé tardif de la phase fédérale du plan d'urgence. Il reste à voir si tous les groupes de la majorité les suivront.

Mercredi, à huis-clos, les députés ont formulé leurs remarques à propos du rapport remis par les experts la semaine passée. Les observations sont nombreuses, les experts les intégreront à leur travail et la commission devrait se réunir à nouveau lundi, sans doute au finish pour adopter un rapport "intermédiaire/provisoire" avant les vacances parlementaires. L'idée d'une cellule de commandement opérationnelle fédérale semble avoir déjà vécu. Plusieurs groupes politiques de la majorité et de l'opposition ne veulent pas créer une instance supplémentaire. La tendance majoritaire va vers une redéfinition et une clarification du rôle des différentes cellules qui composent le centre de crise. Dans l'opposition, certains groupes ne semblent toutefois pas sur cette longueur d'ondes et s'inquiètent d'un "dégonflement" des recommandations des experts. Dans leur rapport transmis mercredi passé, les experts préconisaient la création d'une cellule de commandement opérationnelle au sein du centre de crise, chargée de la communication directe de toutes les décisions prises par la cellule de gestion aux services et acteurs impliqués dans leur exécution, ceux-ci étant également "tenus de suivre cette exécution". Ceci afin d'éviter une gestion de la crise "en cascade". Le rapport "intermédiaire/provisoire" formulera des recommandations sur un certain nombre de points. Des constats seront aussi posés. Certains commissaires pointent déjà du doigt des "erreurs" ou des "fautes", notamment dans le déclenchement jugé tardif de la phase fédérale du plan d'urgence. Il reste à voir si tous les groupes de la majorité les suivront.