La police a débuté les auditions des témoins juste après la tuerie, afin de garder intacts les souvenirs de chacun.

Un témoin a ainsi indiqué à un policier avoir relevé la plaque d'immatriculation d'un véhicule qui aurait démarré en trombe après l'attaque. Une amie de ce témoin "a ajouté qu'elle avait vu l'auteur de s'engouffrer à l'intérieur de la voiture", a précisé ce policier devant la cour.

Le véhicule a été identifié comme appartenant à une à une société privée de taxis. Muni d'un système de géolocalisation, il a été intercepté à Jette à 16h14, soit 25 minutes après le signalement de l'attaque au dispatching de la police. Une seule personne se trouvait à bord. La voiture a été saisie pour constatations.

La piste a cependant pu être écartée rapidement et le conducteur mis hors de cause.

Alexandre Strens a été touché par un tir "chirurgical" en pleine tête

Alexandre Strens a été touché par un tir "chirurgical" en plein milieu du front, a raconté lundi devant la cour d'assises le premier médecin intervenu au Musée juif, le 24 mai 2014.

Les premiers pompiers-ambulanciers arrivés sur les lieux ont d'emblée constaté le décès des époux Riva, qui se trouvaient dans le couloir d'entrée du Musée.

Plus loin, au niveau du local d'accueil, gisait Alexandre Strens. Il était en position latérale de sécurité, ne parlait pas et tentait de se relever "instinctivement", ont rapporté les pompiers devant la cour. Placé sous assistance respiratoire, il a été emmené par le Smur quelques minutes plus tard.

Un témoin s'est également souvenu avoir heurté des douilles, dans un mélange de sang et d'eau issue des radiateurs perforés par les coups de feu.

Le premier médecin arrivé sur place a été marqué par la trace de tir "chirurgical" que portait Alexandre Strens au milieu du front. Le témoin avait par ailleurs "très peur", les lieux n'ayant pas encore été sécurisés au moment de son intervention, a-t-il raconté, tremblant, en dépit de ses 25 années d'expérience sur le terrain.

La peur face à la scène de crime a également saisi l'une de ses collègues médecin, qui a évoqué une véritable "exécution".

L'attentat au Musée juif avait coûté la vie à Emanuel et Miriam Riva, un couple de touristes israéliens, Dominique Sabrier, une bénévole du musée, et Alexandre Strens, un employé du musée.

Miriam et Emanuel Riva, atteint chacun d'une balle dans la nuque, sont morts sur le coup selon les premières constatations. Alexandre Strens, touché à la tête, est décédé à l'hôpital une quinzaine de jours plus tard.

Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, deux Français âgés de 33 et 30 ans, sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteur et co-auteur de l'attaque terroriste commise le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, situé rue des Minimes à Bruxelles.

La police a débuté les auditions des témoins juste après la tuerie, afin de garder intacts les souvenirs de chacun. Un témoin a ainsi indiqué à un policier avoir relevé la plaque d'immatriculation d'un véhicule qui aurait démarré en trombe après l'attaque. Une amie de ce témoin "a ajouté qu'elle avait vu l'auteur de s'engouffrer à l'intérieur de la voiture", a précisé ce policier devant la cour. Le véhicule a été identifié comme appartenant à une à une société privée de taxis. Muni d'un système de géolocalisation, il a été intercepté à Jette à 16h14, soit 25 minutes après le signalement de l'attaque au dispatching de la police. Une seule personne se trouvait à bord. La voiture a été saisie pour constatations. La piste a cependant pu être écartée rapidement et le conducteur mis hors de cause.Alexandre Strens a été touché par un tir "chirurgical" en plein milieu du front, a raconté lundi devant la cour d'assises le premier médecin intervenu au Musée juif, le 24 mai 2014.Les premiers pompiers-ambulanciers arrivés sur les lieux ont d'emblée constaté le décès des époux Riva, qui se trouvaient dans le couloir d'entrée du Musée. Plus loin, au niveau du local d'accueil, gisait Alexandre Strens. Il était en position latérale de sécurité, ne parlait pas et tentait de se relever "instinctivement", ont rapporté les pompiers devant la cour. Placé sous assistance respiratoire, il a été emmené par le Smur quelques minutes plus tard. Un témoin s'est également souvenu avoir heurté des douilles, dans un mélange de sang et d'eau issue des radiateurs perforés par les coups de feu. Le premier médecin arrivé sur place a été marqué par la trace de tir "chirurgical" que portait Alexandre Strens au milieu du front. Le témoin avait par ailleurs "très peur", les lieux n'ayant pas encore été sécurisés au moment de son intervention, a-t-il raconté, tremblant, en dépit de ses 25 années d'expérience sur le terrain. La peur face à la scène de crime a également saisi l'une de ses collègues médecin, qui a évoqué une véritable "exécution". L'attentat au Musée juif avait coûté la vie à Emanuel et Miriam Riva, un couple de touristes israéliens, Dominique Sabrier, une bénévole du musée, et Alexandre Strens, un employé du musée. Miriam et Emanuel Riva, atteint chacun d'une balle dans la nuque, sont morts sur le coup selon les premières constatations. Alexandre Strens, touché à la tête, est décédé à l'hôpital une quinzaine de jours plus tard. Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, deux Français âgés de 33 et 30 ans, sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteur et co-auteur de l'attaque terroriste commise le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, situé rue des Minimes à Bruxelles.