L'action fait suite à l'invitation de représentants du groupe ArcelorMittal pour un Jobday sur le campus de l'université. Ces derniers ont cependant décidé de décliner l'invitation des organisateurs après avoir pris connaissance des actions planifiées par les étudiants FGTB.

"Les étudiants des sections bruxelloises de la FGTB voulaient organiser une distribution de tracts lors du Jobday, mais ils n'ont pas menacé directement les représentants d'ArcelorMittal qui devaient être présents", a précisé l'organisateur du Jobday, Mattia Pisetta.

Une distribution de tracts aura lieu à proximité de l'événement, mais celui-ci ne sera pas perturbé, a pour sa part indiqué Gille Lantez des étudiants FGTB. "Les étudiants veulent marquer leur indignation face à une entreprise peu scrupuleuse du sort des 3.000 familles concernées par la fin de la phase à chaud, malgré les hallucinants profits d'ArcelorMittal", précisent les étudiants FGTB dans leur communiqué.

LeVif.be avec Belga

L'action fait suite à l'invitation de représentants du groupe ArcelorMittal pour un Jobday sur le campus de l'université. Ces derniers ont cependant décidé de décliner l'invitation des organisateurs après avoir pris connaissance des actions planifiées par les étudiants FGTB. "Les étudiants des sections bruxelloises de la FGTB voulaient organiser une distribution de tracts lors du Jobday, mais ils n'ont pas menacé directement les représentants d'ArcelorMittal qui devaient être présents", a précisé l'organisateur du Jobday, Mattia Pisetta. Une distribution de tracts aura lieu à proximité de l'événement, mais celui-ci ne sera pas perturbé, a pour sa part indiqué Gille Lantez des étudiants FGTB. "Les étudiants veulent marquer leur indignation face à une entreprise peu scrupuleuse du sort des 3.000 familles concernées par la fin de la phase à chaud, malgré les hallucinants profits d'ArcelorMittal", précisent les étudiants FGTB dans leur communiqué. LeVif.be avec Belga