Selon les mots du bourgmestre N-VA Christoph D'Haese, l'échevine et ex-bourgmestre a eu pour tort de faire passer de manière constante son "propre agenda politique devant l'intérêt général". C'est au sujet de la programmation budgétaire pluriannuelle que les choses se sont envenimées.

L'échevine serait une "dissidente", qui a "volontairement fait fuiter des informations confidentielles et présenté des chiffres et pistes erronés" à ce sujet, selon le bourgmestre nationaliste, qui indique qu'il n'est plus possible dans ce cas de travailler dans une atmosphère "de confiance et de loyauté".

Le maïeur a beau se défendre de vouloir ainsi émettre une sorte de "motion de méfiance" contre le CD&V, qui est en coalition à la commune avec la N-VA et l'Open Vld, la section locale des chrétiens-démocrates flamands a peu apprécié. Selon le président de cette section locale, et le chef de groupe CD&V au conseil communal, les accusations de fuite d'informations sont d'ailleurs ridicules: "il est impossible de faire fuiter quelque chose qui est public. Le collège des bourgmestre et échevins avait déjà pris une décision sur un budget pluriannuel le 14 octobre, et ces documents sont publics et accessibles à tous les conseilleurs communaux", réagissent lundi Yves De Graeve et Eddy Couckuyt.

Depuis l'opposition, le parti Groen a quant à lui demandé une réunion supplémentaire du conseil communal, de quoi élargir le débat sur le budget pluriannuel.

Selon des documents relayés ces derniers jours par la presse flamande, il était question pour la ville d'Alost de procéder à des coupes importantes dans les subsides accordés à différentes organisations, entre autres des clubs sportifs. Le 14 octobre, les échevins CD&V s'étaient prononcés contre le plan communal pluriannuel soutenu pourtant par ses deux partenaires de coalition, une nouvelle étape dans le conflit local autour de l'utilisation des deniers publics.