La gestion de la terrible crise provoquée par les inondations en Belgique est désormais gérée au niveau fédéral, après le déclenchement du plan de catastrophe national. Ce jeudi, le Premier ministre Alexander De Croo, et les différentes autorités du pays ont dressé le bilan lors d'une conférence de presse.
...

La gestion de la terrible crise provoquée par les inondations en Belgique est désormais gérée au niveau fédéral, après le déclenchement du plan de catastrophe national. Ce jeudi, le Premier ministre Alexander De Croo, et les différentes autorités du pays ont dressé le bilan lors d'une conférence de presse."Les inondations ont fait des ravages matériels, mais surtout humains, entame Alexander De Croo. Nos pensées vont vers les familles et leurs proches, aussi ceux qui sont dans l'incertitude." Le Premier ministre souligne que le bilan définitif n'est pas encore connu, mais ce sont "les inondations les plus catastrophiques que notre pays ait jamais connu."Mardi 20 juillet sera décérété jour de deuil national. La fête nationale du 21 juillet sera aussi marquée une commémoration en hommage aux victimes.Le Premier ministre salue l'élan de solidarité qui traverse le pays. "La priorité, c'est de sauver les victimes", dit-il, en rappelant que la phase nationale a été déclenchée jeudi après-midi. "La situation reste extrêmement critique," précise-t-il.Alexander De Croo exprime sa "profonde gratitude à l'égard des services de secours" dans ces périodes très difficiles. "Nous ferons tout pour que les familles touchées soient soutenues", souligne-t-il encore. Il est évident que des facilités d'accueil resteront nécessaires."Alexander De Croo remercie encore les soutiens venus de l'étranger, les mesages des dirigeants et les soutiens opérationnels venus des pays voisins. Ile exprime aussi son soutien aux pays voisins touchés: Luxembourg, Pays-Bas et surtout Allemagne.Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l'Intérieur, exprime également sa solidarité à l'égard de toutes les victimes, face à ces incidents causés par la "force de la nature" difficile à contrer. Elle souligne combien elle a été touchée par sa visite, jeudi après-midi, à Chaudfontaine. Du jamais vu, souligne-t-elle.Les dégâts matériels et émotionnels sont énormes, constate Annelies Verlinden. "Des gens ont tout perdu". Elle souligne le bilan humain de 20 décès confirmés et d'une vingtaine de personnes portées disparues. En tout, 120 communes ont été touchées, dit-elle.Annelies Verlinden souligne les moyens humains mis en place pour lutter contre ces inondations et salue à son tour les services de sécurité, tous ceux qui sont "impliqués jour et nuit". "Malgré les renforts, il était parfois de venir directement en secours des personnes, dit-elle. Entretemps, les personnes ont pu évacuer les personnes visiblement en détresse, mais le travail ne s'arrête pas." Des drones continueront à scruter les besoins.Le mécanisme européen s'est mis en place et plusieurs pays ont aidé la Belgique. "Nous sommes très reconnaissants de cette solidarité", souligne Annelies Verlinden. "Ce qui nous a le plus touché au milieu de ce drame, c'est la solidarité entre les gens", insiste-t-elle."Pour beaucoup de gens, un long chemin commence", reconnaît la ministre de l'Intérieur. La découverte des dégâts, le nettoyage, la restauration des réseaux, la réintégration de certains dans leeurs maisons: "non, le travail n'est pas fini"."Je voudrais saluer l'ensemble des personnes victimes de ces inondations et leur dire que tous les ministres de mon gouvernement sont à leur côté, dit le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS). Notre seule préoccupation, c'est de les aider." Il exprime son soutien à la douleur de ceux qui ont perdu un proche. Salue ensuite les services e sécurité "qui se surpassent"."Il y a une solidarité interfédérale, dans tout le pays, dit Elio di Rupo. Je voudrais salue aussi la solidarité exceptionnelle de nos concitoyens. Dans le monde dans lequel nous vivons, cela doit être souligné."Le gouvernement wallon va apporter un soutien financer, rappelle le ministre-président, et la démarche a été entamée pour que l'on reconnaise ces événements comme une calamité nationale. Des soutiens seront également attribués pour les PME et indépendants via des prêts à taux zéro. Du personnel va être engagé pour nettoyer et déblayer le plus vite possible.En ce qui concerne les assurances, toutes les sociétés ont "déclenché la phase de crise", avec les experts rappels. Des moyens sont dégagés pour permettre les avances. Les montants pourront être libérés dans les trente jours. "Je m'autorise un conseil: dès que vous rentrez, faites des photos de tout et ne jetez rien, mettez les objets dégradés de côté."Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) exprime lui aussi sa compassion. "Ce doit être terrible de tout perdre." Et évoque les mesures prises en Flandre pour soutenir les victimes. Il précise aussi qu'aucun centre de vaccination flamand n'a été touché par les inondations.