La communauté LGBTQI+ (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Trans, Queer, Intersexes et autres) a été appelée à manifester ce samedi à Beveren et partout en Belgique, à l'initiative notamment de Casa Rosa, la Maison arc-en-ciel de Flandre orientale. Cette manifestation intervient une semaine après l'assassinat de David P. dans un parc de Beveren. La victime y avait été attirée par 3 mineurs via l'application de rencontres Grindr.

Ce samedi, de petits groupes se sont rassemblés sur la place principale de la ville pour y écouter des discours et des prestations artistiques. "Nous ne pouvons pas laisser ce genre de drame se produire. Alexander De Croo, je vous regarde dans les yeux. Nous devons agir ensemble", a notamment déclaré l'artiste Fleur Pierets.

"Cette semaine a libéré beaucoup de récits de peur et de discriminations. Les drapeaux arc en ciel qui ont fleuri un peu partout sont le symbole que nous ne pouvons pas accepter" cette situation, a répondu le Premier ministre.

Belga
© Belga

"Ces drapeaux sont un signal fort. Ils pointent la haine du doigt et le fait que nous ne la tolèrerons pas. La liberté, c'est pour cette raison que je suis là. Chacun dans notre pays est unique et peut aimer qui il veut aimer", a-t-il conclu.

Hommage de la communauté LGBTQI+ à David Polfliet devant la Bourse à Bruxelles

Une centaine de personnes, selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles, se sont rassemblées samedi après-midi, de 14h00 à 15h00, sur la place de la Bourse à Bruxelles, pour une action intitulée "Stand up for LGBTI+ lives". Ce rassemblement faisait écho à l'homicide, qui semble être à caractère homophobe, de David Polfliet le week-end dernier à Beveren, et pour lequel 3 suspects mineurs sont poursuivis. Les associations qui composent la RainbowHouse Brussels ont organisé un rassemblement devant la Bourse, au coeur de Bruxelles et de son quartier gay. Il visait à rendre hommage à David Polfliet ainsi qu'à exprimer du soutien à ses proches et à la communauté LGBTQI+

De nombreux drapeaux arc-en-ciel coloraient la manifestation. Des messages comme "Love is love" appelaient à la tolérance. Sarah Schlitz, la secrétaire d'Etat à l'Egalité des genres, à l'Egalité des chances et à la Diversité, était présente au premier rang des manifestants : "Pour moi, c'était essentiel d'être présente aux côtés de la communauté LGBTQI+ (...) parce que c'est essentiel pour moi d'entendre ce qu'ils ont à me dire".

Des discours ont été prononcés, de la musique a été écoutée et un poème a été lu. "Il y a près de 10 ans le soir du 22 avril Ihsane Jarfi tombait à Liège, victime d'un meurtre homophobe qui allait nous bouleverser tous et nous bouleverser tellement que nous avions à coeur de croire que plus jamais un événement de cette telle violence ne se reproduirait dans un pays comme le nôtre", a déclaré Ghyslaine El Moutaani, co-présidente RainbowHouse Bruxelles. "De toute évidence, on meurt encore d'aimer différemment".

Une minute de silence a été respectée. Elle a été suivie par une minute de bruit.

En fin de rassemblement, les manifestants ont été appelés à déposer leurs brassards noirs au pied de la fresque d'Ihsane Jarfi située dans une rue avoisinante.

La communauté LGBTQI+ (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Trans, Queer, Intersexes et autres) a été appelée à manifester ce samedi à Beveren et partout en Belgique, à l'initiative notamment de Casa Rosa, la Maison arc-en-ciel de Flandre orientale. Cette manifestation intervient une semaine après l'assassinat de David P. dans un parc de Beveren. La victime y avait été attirée par 3 mineurs via l'application de rencontres Grindr. Ce samedi, de petits groupes se sont rassemblés sur la place principale de la ville pour y écouter des discours et des prestations artistiques. "Nous ne pouvons pas laisser ce genre de drame se produire. Alexander De Croo, je vous regarde dans les yeux. Nous devons agir ensemble", a notamment déclaré l'artiste Fleur Pierets. "Cette semaine a libéré beaucoup de récits de peur et de discriminations. Les drapeaux arc en ciel qui ont fleuri un peu partout sont le symbole que nous ne pouvons pas accepter" cette situation, a répondu le Premier ministre. "Ces drapeaux sont un signal fort. Ils pointent la haine du doigt et le fait que nous ne la tolèrerons pas. La liberté, c'est pour cette raison que je suis là. Chacun dans notre pays est unique et peut aimer qui il veut aimer", a-t-il conclu.Une centaine de personnes, selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles, se sont rassemblées samedi après-midi, de 14h00 à 15h00, sur la place de la Bourse à Bruxelles, pour une action intitulée "Stand up for LGBTI+ lives". Ce rassemblement faisait écho à l'homicide, qui semble être à caractère homophobe, de David Polfliet le week-end dernier à Beveren, et pour lequel 3 suspects mineurs sont poursuivis. Les associations qui composent la RainbowHouse Brussels ont organisé un rassemblement devant la Bourse, au coeur de Bruxelles et de son quartier gay. Il visait à rendre hommage à David Polfliet ainsi qu'à exprimer du soutien à ses proches et à la communauté LGBTQI+ De nombreux drapeaux arc-en-ciel coloraient la manifestation. Des messages comme "Love is love" appelaient à la tolérance. Sarah Schlitz, la secrétaire d'Etat à l'Egalité des genres, à l'Egalité des chances et à la Diversité, était présente au premier rang des manifestants : "Pour moi, c'était essentiel d'être présente aux côtés de la communauté LGBTQI+ (...) parce que c'est essentiel pour moi d'entendre ce qu'ils ont à me dire". Des discours ont été prononcés, de la musique a été écoutée et un poème a été lu. "Il y a près de 10 ans le soir du 22 avril Ihsane Jarfi tombait à Liège, victime d'un meurtre homophobe qui allait nous bouleverser tous et nous bouleverser tellement que nous avions à coeur de croire que plus jamais un événement de cette telle violence ne se reproduirait dans un pays comme le nôtre", a déclaré Ghyslaine El Moutaani, co-présidente RainbowHouse Bruxelles. "De toute évidence, on meurt encore d'aimer différemment". Une minute de silence a été respectée. Elle a été suivie par une minute de bruit. En fin de rassemblement, les manifestants ont été appelés à déposer leurs brassards noirs au pied de la fresque d'Ihsane Jarfi située dans une rue avoisinante.