"Pour moi, c'est contradictoire avec la position du MR sur l'interculturalité, intervient le sénateur. L'islamophobie est un concept militant inventé par les mollah iraniens pour interdire la critique de l'islam. Je suis choqué que ce terme se répande ainsi. Ce n'est qu'une manipulation." La résolution en question s'appuie sur la définition de l'islamophobie donnée par une ONG britannique, Runnymede Trust ("hostilité infondée envers l'islam"), à l'aide de huit critères.

La résolution, si elle était votée, prierait le gouvernement de s'attaquer à un phénomène mal défini mais qui acquiert petit à petit ses habits légaux. Pour Richard Miller, le texte est "totalement dans la ligne du projet libéral." Nul doute que la question sera abordée au MR, dès le lundi de rentrée, chaudement.

"Pour moi, c'est contradictoire avec la position du MR sur l'interculturalité, intervient le sénateur. L'islamophobie est un concept militant inventé par les mollah iraniens pour interdire la critique de l'islam. Je suis choqué que ce terme se répande ainsi. Ce n'est qu'une manipulation." La résolution en question s'appuie sur la définition de l'islamophobie donnée par une ONG britannique, Runnymede Trust ("hostilité infondée envers l'islam"), à l'aide de huit critères. La résolution, si elle était votée, prierait le gouvernement de s'attaquer à un phénomène mal défini mais qui acquiert petit à petit ses habits légaux. Pour Richard Miller, le texte est "totalement dans la ligne du projet libéral." Nul doute que la question sera abordée au MR, dès le lundi de rentrée, chaudement.