Le délai imparti aux troupes américaines pour quitter l'Afghanistan expire à la fin de ce mois. Toutefois, le président américain Joe Biden a déclaré dimanche soir qu'il menait des discussions sur une éventuelle prolongation de la présence américaine à Kaboul, ce que les talibans ne semblent pas voir d'un bon oeil. Dans une interview accordée à la chaîne britannique Sky News, leur porte-parole Suhail Shaheen a parlé de "ligne rouge".

"Le président Biden a annoncé qu'il retirerait toutes les forces militaires le 31 août. S'il outrepasse cette date, cela signifie qu'il étend l'occupation et ceci n'est pas nécessaire", a expliqué le porte-parole. Joe Biden est sous pression car l'évacuation des Occidentaux à Kaboul se révèle beaucoup plus difficile que prévu. "Si les États-Unis ou le Royaume-Uni demandent un délai supplémentaire pour poursuivre les évacuations, la réponse sera non. Ou il y aura des conséquences", a prévenu M. Saheen.

Le porte-parole des talibans qualifie de "migration économique" les images diffusées en début de la semaine montrant des Afghans s'accrochant à des avions pour tenter de fuir le pays.

"Je vous assure qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter ou d'avoir peur", a-t-il poursuivi. Les vidéos montrant des talibans allant de maison en maison et menaçant les citoyens ou les signalements de fermeture des écoles de filles ont également été rejetés par le porte-parole comme étant des fausses nouvelles.

Le délai imparti aux troupes américaines pour quitter l'Afghanistan expire à la fin de ce mois. Toutefois, le président américain Joe Biden a déclaré dimanche soir qu'il menait des discussions sur une éventuelle prolongation de la présence américaine à Kaboul, ce que les talibans ne semblent pas voir d'un bon oeil. Dans une interview accordée à la chaîne britannique Sky News, leur porte-parole Suhail Shaheen a parlé de "ligne rouge"."Le président Biden a annoncé qu'il retirerait toutes les forces militaires le 31 août. S'il outrepasse cette date, cela signifie qu'il étend l'occupation et ceci n'est pas nécessaire", a expliqué le porte-parole. Joe Biden est sous pression car l'évacuation des Occidentaux à Kaboul se révèle beaucoup plus difficile que prévu. "Si les États-Unis ou le Royaume-Uni demandent un délai supplémentaire pour poursuivre les évacuations, la réponse sera non. Ou il y aura des conséquences", a prévenu M. Saheen.Le porte-parole des talibans qualifie de "migration économique" les images diffusées en début de la semaine montrant des Afghans s'accrochant à des avions pour tenter de fuir le pays. "Je vous assure qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter ou d'avoir peur", a-t-il poursuivi. Les vidéos montrant des talibans allant de maison en maison et menaçant les citoyens ou les signalements de fermeture des écoles de filles ont également été rejetés par le porte-parole comme étant des fausses nouvelles.