Jean-Claude Marcourt (PS) est suspecté d'être la principale "main invisible" politique avalisant les décisions stratégiques importantes prises au sein du groupe Nethys ces quinze dernières années. Parmi ces décisions clés figure celle prise le 22 mai 2018 par le comité d...

Jean-Claude Marcourt (PS) est suspecté d'être la principale "main invisible" politique avalisant les décisions stratégiques importantes prises au sein du groupe Nethys ces quinze dernières années. Parmi ces décisions clés figure celle prise le 22 mai 2018 par le comité de rémunération de Nethys (présidé par François Fornieri) de verser de faramineuses indemnités "de rétention" à certains membres de l'ex-management de Nethys. Une décision avalisée le jour même par le conseil d'administration de Nethys.Jean-Claude Marcourt, 64 ans, a fait partie, avec Stéphane Moreau (ex-homme fort de Nethys), Willy Demeyer (bourgmestre de la Cité ardente), Alain Mathot (alors bourgmestre de Seraing) et André Gilles (qui fut à la tête de la Province), du "club des cinq" à Liège, une ligue informelle qui a gouverné dans l'ombre, pendant des années, la fédération liégeoise du Parti socialiste. Il a été ministre de l'Economie de la Région wallonne de 2004 à 2017. Il est un des plus fervents soutiens de Mithra, la société de François Fornieri, à laquelle de nombreuses aides publiques ont été accordées quand il était ministre.Montants bruts en euros alloués à l'ancien management de Nethys et Integrale, décidés par le comité de rémunération et validés par le CA de Nethys le 22 mai 2018.