Ces sommes ont été saisies dans le cadre du volet "rémunérations" de la vaste enquête en cours à Liège, et menée à Bruxelles par l'Office central pour la répression de la corruption. Il s'agit de saisies mobilières, en argent. Cette somme correspond à celle saisie sur le plan civil, à la demande de la nouvelle hiérarchie de Nethys (Renaud Witmeur et Laurent Levaux). Il s'agit de saisies mobilières, non immobilières.

La justice, qui soupçonne la commission d'infractions pénales, souhaite ici sécuriser les saisies. En effet, Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer ont contesté la saisie civile devant les tribunaux, via une tierce opposition. Une première audience devait se tenir ce lundi 20 avril devant le tribunal à Nivelles, dans le cadre des saisies effectuées sur les comptes de Pol Heyse, mais elle a été remise, a précisé l'avocat de ce dernier, Me Jean-Pierre Buyle.

Ces sommes ont été saisies dans le cadre du volet "rémunérations" de la vaste enquête en cours à Liège, et menée à Bruxelles par l'Office central pour la répression de la corruption. Il s'agit de saisies mobilières, en argent. Cette somme correspond à celle saisie sur le plan civil, à la demande de la nouvelle hiérarchie de Nethys (Renaud Witmeur et Laurent Levaux). Il s'agit de saisies mobilières, non immobilières. La justice, qui soupçonne la commission d'infractions pénales, souhaite ici sécuriser les saisies. En effet, Stéphane Moreau, Pol Heyse et Bénédicte Bayer ont contesté la saisie civile devant les tribunaux, via une tierce opposition. Une première audience devait se tenir ce lundi 20 avril devant le tribunal à Nivelles, dans le cadre des saisies effectuées sur les comptes de Pol Heyse, mais elle a été remise, a précisé l'avocat de ce dernier, Me Jean-Pierre Buyle.