Mercredi, des médias flamands révélaient que les deux ex-ministres (Open Vld) de l'Energie étaient attaqués en justice par des milliers de citoyens propriétaires de panneaux solaires, pour la disparition du compteur qui tourne à l'envers. La Cour constitutionnelle a invalidé le système flamand du compteur "qui tourne à l'envers" pour les détenteurs de panneaux solaires avec un compteur numérique.

Les plaignants affirment qu'ils souffrent donc d'un manque à gagner financier par rapport aux promesses et affirmations du gouvernement, et plus particulièrement des anciens ministres de l'Energie. L'affaire a été discutée vendredi au sein du gouvernement flamand, où l'on indique défendre en bloc Mme Peeters et M. Tommelein.

"Les paroles" de ces derniers entraient "dans le cadre de l'exercice d'un mandat politique", peut-on lire dans une déclaration commune. "Le gouvernement flamand rejette le principe que des déclarations politiques de ministres puissent mener à une responsabilité (juridique) personnelle", ce qui "minerait le fonctionnement d'un état de droit démocratique et l'exercice d'un mandat politique".

Le gouvernement flamand soutient donc les deux ex-ministres de l'Energie "à 100%", et tient à rappeler le contexte des propos attaqués: Bart Tommelein parlait "à la suite d'une note approuvée par le gouvernement précédent", et Lydia Peeters "après vote du décret au parlement".

Mercredi, des médias flamands révélaient que les deux ex-ministres (Open Vld) de l'Energie étaient attaqués en justice par des milliers de citoyens propriétaires de panneaux solaires, pour la disparition du compteur qui tourne à l'envers. La Cour constitutionnelle a invalidé le système flamand du compteur "qui tourne à l'envers" pour les détenteurs de panneaux solaires avec un compteur numérique. Les plaignants affirment qu'ils souffrent donc d'un manque à gagner financier par rapport aux promesses et affirmations du gouvernement, et plus particulièrement des anciens ministres de l'Energie. L'affaire a été discutée vendredi au sein du gouvernement flamand, où l'on indique défendre en bloc Mme Peeters et M. Tommelein. "Les paroles" de ces derniers entraient "dans le cadre de l'exercice d'un mandat politique", peut-on lire dans une déclaration commune. "Le gouvernement flamand rejette le principe que des déclarations politiques de ministres puissent mener à une responsabilité (juridique) personnelle", ce qui "minerait le fonctionnement d'un état de droit démocratique et l'exercice d'un mandat politique". Le gouvernement flamand soutient donc les deux ex-ministres de l'Energie "à 100%", et tient à rappeler le contexte des propos attaqués: Bart Tommelein parlait "à la suite d'une note approuvée par le gouvernement précédent", et Lydia Peeters "après vote du décret au parlement".