Ces actions seront couvertes par un préavis de grève. "Cela signifie que des entreprises pourront rester fermées", prévient Marc Goblet.

La FGTB estime avoir été flouée dans la réforme du marché du travail et dans le dossier des pensions, pour lequel de nouvelles mesures ont été arrêtées dans le cadre du contrôle budgétaire.

"Nous n'avons jamais souhaité devoir passer à l'action ou à la grève, mais dès lors que la concertation sociale est rendue impossible par le gouvernement et les employeurs (...), il ne faut pas s'étonner que nous devions nous faire entendre", indique Marc Goblet.