Environ 60% des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête ont dû séjourner plus de 7 jours à l'hôpital à la suite de leur accident de la route, les lésions physiques les plus fréquentes, tant pour les piétons que pour les automobilistes, touchant la tête, les membres inférieurs et la colonne vertébrale.

En outre, plus de 60% de toutes les victimes interrogées ont éprouvé du stress post-traumatique et 70% des accidentés qui ont séjourné plus de 7 jours à l'hôpital ont connu une grave dépression par la suite.

L'étude pointe également que 18% des victimes ont dû aménager leur domicile et 30% ont même été contraints de déménager.

Enfin, un accident de la circulation laisse aussi des traces sur le plan professionnel. Ainsi, plus de la moitié (54%) des personnes grièvement blessées sont restées plus de 3 mois à la maison et un peu plus d'un tiers (34%) a dû arrêter son travail ou ses études. Et pour ceux qui ont repris leur activité, la charge de travail a dû être adaptée dans près de 70% des cas.

Environ 60% des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête ont dû séjourner plus de 7 jours à l'hôpital à la suite de leur accident de la route, les lésions physiques les plus fréquentes, tant pour les piétons que pour les automobilistes, touchant la tête, les membres inférieurs et la colonne vertébrale. En outre, plus de 60% de toutes les victimes interrogées ont éprouvé du stress post-traumatique et 70% des accidentés qui ont séjourné plus de 7 jours à l'hôpital ont connu une grave dépression par la suite. L'étude pointe également que 18% des victimes ont dû aménager leur domicile et 30% ont même été contraints de déménager. Enfin, un accident de la circulation laisse aussi des traces sur le plan professionnel. Ainsi, plus de la moitié (54%) des personnes grièvement blessées sont restées plus de 3 mois à la maison et un peu plus d'un tiers (34%) a dû arrêter son travail ou ses études. Et pour ceux qui ont repris leur activité, la charge de travail a dû être adaptée dans près de 70% des cas.