Les familles des victimes disent avoir dû apprendre par la presse que l'enquête technique était terminée. Elles craignent d'apprendre par la même voie le contenu du rapport sur la cause de la catastrophe. Comme l'enquête a été ordonnée par la justice suisse, les parquets de Louvain et de Hasselt n'ont pu fournir que peu de réponses aux questions des familles concernées.

Les Suisses sont conscients du problème, déclare le procureur Olivier Elsig sur vtm. Il comprend le besoin en information et promet qu'il se concertera avec ses collègues belges pour faire en sorte que les familles des victimes soient les premières informées. "Nous nous concertons avec les autorités belges pour voir de quelle manière nous allons procéder", explique M. Elsig.

LeVif.be avec Belga

Les familles des victimes disent avoir dû apprendre par la presse que l'enquête technique était terminée. Elles craignent d'apprendre par la même voie le contenu du rapport sur la cause de la catastrophe. Comme l'enquête a été ordonnée par la justice suisse, les parquets de Louvain et de Hasselt n'ont pu fournir que peu de réponses aux questions des familles concernées. Les Suisses sont conscients du problème, déclare le procureur Olivier Elsig sur vtm. Il comprend le besoin en information et promet qu'il se concertera avec ses collègues belges pour faire en sorte que les familles des victimes soient les premières informées. "Nous nous concertons avec les autorités belges pour voir de quelle manière nous allons procéder", explique M. Elsig. LeVif.be avec Belga