A Bruxelles, 25,7% des enfants grandissent dans une famille où personne ne travaille. Ce pourcentage est de 18,5% en Wallonie et de 6,6% en Flandre. Aucun pays européen - pas même la Grèce, fortement touchée par la crise - n'affiche de tels niveaux, relèvent les quotidiens.

Depuis le début de la crise économique, le nombre de familles de chômeurs est en hausse. En 2008, 11,3% des enfants subissaient cette situation contre à 12,8% à l'heure actuelle, selon ces statistiques. "Les données indiquent qu'une partie de la population est marginalisée, car totalement déconnectée du marché de l'emploi, explique Willem Vansina du VDAB.

L'expérience nous apprend que les enfants qui grandissent dans un tel environnement ont beaucoup de difficulté à sortir de cette situation critique. Résultat: la pauvreté se transmet d'une génération à l'autre."

A Bruxelles, 25,7% des enfants grandissent dans une famille où personne ne travaille. Ce pourcentage est de 18,5% en Wallonie et de 6,6% en Flandre. Aucun pays européen - pas même la Grèce, fortement touchée par la crise - n'affiche de tels niveaux, relèvent les quotidiens. Depuis le début de la crise économique, le nombre de familles de chômeurs est en hausse. En 2008, 11,3% des enfants subissaient cette situation contre à 12,8% à l'heure actuelle, selon ces statistiques. "Les données indiquent qu'une partie de la population est marginalisée, car totalement déconnectée du marché de l'emploi, explique Willem Vansina du VDAB. L'expérience nous apprend que les enfants qui grandissent dans un tel environnement ont beaucoup de difficulté à sortir de cette situation critique. Résultat: la pauvreté se transmet d'une génération à l'autre."