"Il faut des mesures qui ne s'arrêtent pas à la fin de l'hiver" afin de garantir un accès aux soins pour les sans-abris, affirme Médecins du Monde. Alors que le Plan Grand Froid prend fin aujourd'hui, l'association alerte : "malgré notre centre de soins permanent, il nous est impossible de prendre en charge les soins de santé de toutes les personnes sans-abris en Belgique". Et selon eux, le problème est réel : 53 % des SDF belges n'ont aucun accès aux soins médicaux or 44 % des patients qu'elle a suivi durant le plan hivernal 2012-2013 sont en très mauvaise santé et 14 % nécessitent des soins psychiatriques.

Un plan hivernal, mais après ?

Médecins du Monde dénonce le manque de solution qui s'offre aux sans-abris. Cet hiver, le dispositif a été prolongé de 15 jours par le ministère wallon de l'Action sociale mais l'association pense au-delà de l'hiver : "près de 80 % des patients ne savent pas où aller à la fin du Plan Grand froid". Selon l'association, il est grand temps que les politiques se penchent sérieusement sur le problème . Elle propose notamment une présence plus importante des CPAS et des mutualités dans les centres d'urgence.

"Il faut des mesures qui ne s'arrêtent pas à la fin de l'hiver" afin de garantir un accès aux soins pour les sans-abris, affirme Médecins du Monde. Alors que le Plan Grand Froid prend fin aujourd'hui, l'association alerte : "malgré notre centre de soins permanent, il nous est impossible de prendre en charge les soins de santé de toutes les personnes sans-abris en Belgique". Et selon eux, le problème est réel : 53 % des SDF belges n'ont aucun accès aux soins médicaux or 44 % des patients qu'elle a suivi durant le plan hivernal 2012-2013 sont en très mauvaise santé et 14 % nécessitent des soins psychiatriques. Un plan hivernal, mais après ? Médecins du Monde dénonce le manque de solution qui s'offre aux sans-abris. Cet hiver, le dispositif a été prolongé de 15 jours par le ministère wallon de l'Action sociale mais l'association pense au-delà de l'hiver : "près de 80 % des patients ne savent pas où aller à la fin du Plan Grand froid". Selon l'association, il est grand temps que les politiques se penchent sérieusement sur le problème . Elle propose notamment une présence plus importante des CPAS et des mutualités dans les centres d'urgence.