Le principe de la liberté de circulation des citoyens européens sur le territoire de l'Union veut que le citoyen en question qui se rend dans un autre pays doit pouvoir subvenir à ses besoins par ses propres moyens. La directive reconnaît le droit à un Etat de priver de séjour un ressortissant européen établi sur son territoire si cette personne devient une "charge déraisonnable pour son système d'aide sociale", une notion laissée à l'appréciation des Etats membres, selon le quotidien.

En Belgique, on considère qu'un ressortissant européen devient "une charge déraisonnable" après avoir bénéficié du Revenu d'intégration sociale (RIS) trois mois de suite et pour autant qu'il ne s'est pas établi sur le territoire belge il y a plus de trois ans.

Le Vif.be, avec Belga

Le principe de la liberté de circulation des citoyens européens sur le territoire de l'Union veut que le citoyen en question qui se rend dans un autre pays doit pouvoir subvenir à ses besoins par ses propres moyens. La directive reconnaît le droit à un Etat de priver de séjour un ressortissant européen établi sur son territoire si cette personne devient une "charge déraisonnable pour son système d'aide sociale", une notion laissée à l'appréciation des Etats membres, selon le quotidien. En Belgique, on considère qu'un ressortissant européen devient "une charge déraisonnable" après avoir bénéficié du Revenu d'intégration sociale (RIS) trois mois de suite et pour autant qu'il ne s'est pas établi sur le territoire belge il y a plus de trois ans. Le Vif.be, avec Belga