Ce permis avait été délivré en vue de la rénovation de bâtiments, la démolition/reconstruction de certains et l'aménagement d'un parking souterrain et non pas en surface comme cela avait déjà été refusé. Le contrôle avait notamment mis en évidence des éléments pouvant faire penser à l'aménagement d'un parking en surface et à la possibilité de ne pas reconstruire un bâtiment. La société dirigée par Jean-Pierre Lutgen avait elle-même saisi le tribunal en référé en souhaitant faire annuler l'ordre d'arrêt. Elle avait fait valoir que ces aménagements n'étaient que provisoires, dans une optique de sécurité sur le chantier. La demande n'a toutefois pas été suivie par le tribunal qui juge aussi qu'Ice-Watch a, en réalité, voulu aménager un parking aérien. "Il apparaît qu'il n'entre pas dans les intentions de la demanderesse (NDLR : Ice Watch) de reconstruire les bâtiments conformément au permis d'urbanisme, les travaux réalisés étant contradictoires avec un tel objectif", estime l'ordonnance du tribunal. (Belga)

Ce permis avait été délivré en vue de la rénovation de bâtiments, la démolition/reconstruction de certains et l'aménagement d'un parking souterrain et non pas en surface comme cela avait déjà été refusé. Le contrôle avait notamment mis en évidence des éléments pouvant faire penser à l'aménagement d'un parking en surface et à la possibilité de ne pas reconstruire un bâtiment. La société dirigée par Jean-Pierre Lutgen avait elle-même saisi le tribunal en référé en souhaitant faire annuler l'ordre d'arrêt. Elle avait fait valoir que ces aménagements n'étaient que provisoires, dans une optique de sécurité sur le chantier. La demande n'a toutefois pas été suivie par le tribunal qui juge aussi qu'Ice-Watch a, en réalité, voulu aménager un parking aérien. "Il apparaît qu'il n'entre pas dans les intentions de la demanderesse (NDLR : Ice Watch) de reconstruire les bâtiments conformément au permis d'urbanisme, les travaux réalisés étant contradictoires avec un tel objectif", estime l'ordonnance du tribunal. (Belga)