Interrogé sur le sujet lors d'un bref point de presse, M. Barroso a souligné que "la taille du secteur financier n'était pas soutenable" à Chypre. Quant à la question du blanchiment d'argent que le pays est soupçonné d'avoir favorisé, "c'était une source de préoccupation pour l'opinion publique dans certains États membres", a estimé le président de la Commission. Le désendettement et le changement de modèle seront difficiles pour la population chypriote, a admis M. Barroso, pour qui le pays doit désormais "trouver de nouvelles sources de croissance". Il a appelé les autres États membres à faire preuve de "solidarité concrète" vis-à-vis de Chypre, en plus de l'aide de 10 milliards d'euros qui sera déboursée par le Mécanisme européen de stabilité (MES). Notant la petite taille de l'économie du pays, il a souligné que "quelques investissements de sociétés européennes" pourraient faire la différence. Chypre "peut connaître un redémarrage", selon lui. (JAV)

Interrogé sur le sujet lors d'un bref point de presse, M. Barroso a souligné que "la taille du secteur financier n'était pas soutenable" à Chypre. Quant à la question du blanchiment d'argent que le pays est soupçonné d'avoir favorisé, "c'était une source de préoccupation pour l'opinion publique dans certains États membres", a estimé le président de la Commission. Le désendettement et le changement de modèle seront difficiles pour la population chypriote, a admis M. Barroso, pour qui le pays doit désormais "trouver de nouvelles sources de croissance". Il a appelé les autres États membres à faire preuve de "solidarité concrète" vis-à-vis de Chypre, en plus de l'aide de 10 milliards d'euros qui sera déboursée par le Mécanisme européen de stabilité (MES). Notant la petite taille de l'économie du pays, il a souligné que "quelques investissements de sociétés européennes" pourraient faire la différence. Chypre "peut connaître un redémarrage", selon lui. (JAV)