"Je me sens très bien maintenant. Je suis rétablie mentalement et physiquement", a affirmé en souriant la jeune femme à des journalistes. Son sauvetage inespéré le 10 mai, alors que les secouristes ne trouvaient plus que des cadavres, l'a transformée en héroïne nationale. "Reshma est complètement rétablie. L'hôpital militaire lui a signé un bon de sortie aujourd'hui", a déclaré le général de division Chowdhury Hasan Suhrawardy, lors d'une cérémonie marquant la fin de l'hospitalisation de la jeune femme. L'effondrement le 24 avril près de Dacca du Rana Plaza, un immeuble de neuf étages qui abritait cinq ateliers de confection travaillant pour des marques occidentales, avait fait 1.129 morts, le pire accident industriel dans l'histoire du Bangladesh. Plus de 3.000 personnes travaillaient dans ce bâtiment construit au mépris des règles et dont les propriétaires avaient négligé des fissures constatées la veille du drame. (Belga)

"Je me sens très bien maintenant. Je suis rétablie mentalement et physiquement", a affirmé en souriant la jeune femme à des journalistes. Son sauvetage inespéré le 10 mai, alors que les secouristes ne trouvaient plus que des cadavres, l'a transformée en héroïne nationale. "Reshma est complètement rétablie. L'hôpital militaire lui a signé un bon de sortie aujourd'hui", a déclaré le général de division Chowdhury Hasan Suhrawardy, lors d'une cérémonie marquant la fin de l'hospitalisation de la jeune femme. L'effondrement le 24 avril près de Dacca du Rana Plaza, un immeuble de neuf étages qui abritait cinq ateliers de confection travaillant pour des marques occidentales, avait fait 1.129 morts, le pire accident industriel dans l'histoire du Bangladesh. Plus de 3.000 personnes travaillaient dans ce bâtiment construit au mépris des règles et dont les propriétaires avaient négligé des fissures constatées la veille du drame. (Belga)