"L'électrification du parc des voitures de société est une solution partielle, trop fragmentée, juge Filip Rylant (Traxio). Elle ne réglera pas le défi de la mobilité. Et elle ne sera réellement "verte" que si l'électricité qui alimente les batteries est produite par des énergies renouvelables. " Pour Joost Kaesemans (Febiac), il ne faudrait pas surestimer l'impact de la mesure ...

"L'électrification du parc des voitures de société est une solution partielle, trop fragmentée, juge Filip Rylant (Traxio). Elle ne réglera pas le défi de la mobilité. Et elle ne sera réellement "verte" que si l'électricité qui alimente les batteries est produite par des énergies renouvelables. " Pour Joost Kaesemans (Febiac), il ne faudrait pas surestimer l'impact de la mesure de verdissement: "Les 600 000 voitures de société qui circulent actuellement en Belgique sont déjà globalement plus écologiques que les voitures des particuliers, puisqu'elles sont plus souvent renouvelées. Elles ne représentent que 2% des émissions totales de CO2 dans le pays et cette proportion pourrait encore baisser à la faveur de l'essor du télétravail." Tout autre est le discours chez le fournisseur d'électricité Luminus: "Avec une flotte de voitures de société 100% électriques, nous pourrions réduire de moitié les émissions de CO2 et la pollution de l'air sur nos routes."Un bémol tout de même: les constructeurs automobiles privilégient dans leur gamme de voitures électriques les SUV et autres gros gabarits, un segment plus rentable que les minivoitures. Souci: ces véhicules lourds doivent être équipés de batteries volumineuses, dont la production engendre de grosses quantités de CO2 et la consommation de matières premières rares. "Sans réorienter la voie du "toujours plus" empruntée par l'industrie automobile, l'objectif environnemental de l'électrification des voitures de fonction ne sera pas atteint, craint Pierre Courbe (Inter-Environnement Wallonie). Une fois devenues électriques, les voitures de société ne seront pas moins problématiques que les voitures à moteur thermique sur les plans de la mobilité, des recettes de l'Etat ou de l'équité sociale si elles sont presque toutes des véhicules haut de gamme, lourds, larges, puissants, rapides et dangereux pour les usagers de la voie publique."