Concrètement, comment le gouvernement va-t-il s'y prendre pour "verdir" le parc belge des voitures de société ? "Il faut s'attendre à ce que la proposition de loi concoctée dès 2017 par Egbert Lachaert (NDLR : parlementaire Open VLD et actuel président du parti libéral flamand) serve de base à la législation future, ...

Concrètement, comment le gouvernement va-t-il s'y prendre pour "verdir" le parc belge des voitures de société ? "Il faut s'attendre à ce que la proposition de loi concoctée dès 2017 par Egbert Lachaert (NDLR : parlementaire Open VLD et actuel président du parti libéral flamand) serve de base à la législation future, explique Frank Van Gool, directeur général de Renta, la fédération belge des loueurs de voitures. Le système des voitures de société n'est pas supprimé, mais celles qui fonctionnent au diesel ou à l'essence seront progressivement rendues inintéressantes tant pour l'employeur que pour le travailleur. La déductibilité fiscale de ces voitures sera de moins en moins avantageuse et les cotisations ONSS de solidarité seront augmentées." Résultat : leur TCO (Total cost of ownership) - coût total de la possession - sur la durée du leasing sera plus élevé. "Le basculement va commencer dès l'an prochain, avec le passage à la norme WLTP pour le calcul de la taxation automobile, prévient Joost Kaesemans (Febiac). Pour le salarié, la réduction de l'ATN, l'avantage de toute nature lié aux émissions de CO2, va également inciter au changement." Pierre Courbe (InterEnvironnement Wallonie), précise : "Le gouvernement va procéder par étapes. Pour les nouvelles ventes à partir de 2026, seuls les véhicules zéro émission bénéficieront encore de déductions fiscales. Compte tenu des contrats de leasing en cours, cela signifie qu'il faudra attendre environ quatre ans de plus, donc l'horizon 2030, pour que se réalise le verdissement de l'ensemble du parc des voitures de société."