La neutralité carbone des voitures de société à partir de 2026 passera donc par l'électrification du parc. Les véhicules de société proposés en Belgique à cet horizon devront être 100 % électriques.
...

La neutralité carbone des voitures de société à partir de 2026 passera donc par l'électrification du parc. Les véhicules de société proposés en Belgique à cet horizon devront être 100 % électriques. Pour l'heure, si les voitures électriques ont la part belle dans les discours et la publicité des constructeurs, elles alimentent peu les carnets de commande : elles représentent à peine 0,5 % du parc automobile belge et 2 % des voitures salaires. Certes, elles ont enregistré l'an dernier la plus forte augmentation annuelle (+ 56,4 %), relève Statbel, mais elles sont à peine 25 000 à circuler aujourd'hui sur nos routes, sur près de 6 millions de voitures. En cause, notamment, les tarifs des voitures électriques neuves, toujours plus élevés que ceux de leurs équivalents à moteur essence ou diesel. Selon les experts, il faudra attendre 2024 environ pour voir les prix d'achat commencer à atteindre une parité avec les véhicules équipés de moteurs à combustion interne. Ce sera imputable à la baisse du coût de conception et de fabrication des batteries lithium-ion et aux économies d'échelle liées à la prolifération programmée de modèles zéro émission. Car, dès maintenant, les marques doivent vendre un maximum de modèles "propres" afin d'éviter des amendes très lourdes pour non-conformité avec les objectifs de réduction de CO2 imposés à chaque constructeur par l'Union européenne.