Rouler au CNG reste une solution efficace pour abaisser le niveau d'émissions de CO2. En outre ce carburant vert apporte plus de confort (moins de bruit et de vibrations par rapport à un Diesel) et une longévité accrue (moteur plus propres). On rappelle que les voitures CNG sont en fait des véhicules bi-carburant, sachant que leur moteur continue de fonctionner à l'essence. Cela dit, le réservoir d'essence est plus petit, pour laisser plus de place à celui renfermant le CNG. Dans l'immense majorité des cas, une voiture de ce type roule à 90% au CNG, le reste à l'essence. Pour les acheteurs, le facteur numéro 1 de l'achat d'une voiture au CNG reste de réaliser de belles économies, surtout par rapport à un moteur à essence, mais aussi par rapport à un Diesel, comme le précise Valentin Hubert, propriétaire d'un VW Caddy CNG : "Cela fait bientôt quatre ans que je roule au CNG. Auparavant, je possédais un Caddy Diesel. C'est plus agréable que mon Diesel qui vibrait plus. En plus de trois ans, comme je roule 30-35.000 km par an, j'ai économisé plusieurs milliers d'euros par rapport à un Diesel. Aujourd'hui ce qui se passe est décourageant."

Budget carburant doublé

Car ces dernières semaines, Valentin et tous les propriétaires d'une voiture roulant au CNG font la moue. L'augmentation du prix du kilo de gaz naturel compressé a, sans mauvais jeu de mot, littéralement explosé. En résumé, en fonction des régions et des fournisseurs, il serait passé d'un peu plus de 1 euro en mai-juin 2021 à plus de 2 euros à la fin décembre. Bref, le prix a doublé. Et donc, forcément, le budget carburant mensuel des utilisateurs a subi la même inflation.

La variable la plus importante dans le calcul du prix du CNG est évidemment le prix du gaz naturel. Après s'ajoutent les frais de collecte et de distribution de l'énergie. Parmi ces étapes, la compression et le stockage représentent aussi un coût important. Pour les spécialistes du secteur des énergies fossiles, cette situation va malheureusement perdurer quelques mois. On parle d'un semestre avant un retour au calme et, donc, à une baisse des prix.

Acheter une CNG?

En neuf comme en occasion, les voitures CNG risquent de ne plus avoir la cote dans les semaines et mois à venir. "S'il n'y a plus d'avantage par rapport à des voitures classiques, plus personne n'en voudra à l'achat neuf. Et à la revente, sur le marché de l'occasion, je m'attends vraiment à une grosse décote, de l'ordre de 30-40%", estime Valentin Hubert. Cela dit, précision que par rapport à un véhicule équivalent roulant à l'essence, le CNG reste plus intéressant (moins cher). Par rapport au Diesel, le coût à la pompe est aujourd'hui équivalent, mais un moteur CNG reste moins cher à entretenir et plus intéressant pour l'avenir (bannissement du Diesel). Dans tous les cas, fiscalement, le CNG conserve aussi l'avantage. Bref, une situation à suivre.

Rouler au CNG reste une solution efficace pour abaisser le niveau d'émissions de CO2. En outre ce carburant vert apporte plus de confort (moins de bruit et de vibrations par rapport à un Diesel) et une longévité accrue (moteur plus propres). On rappelle que les voitures CNG sont en fait des véhicules bi-carburant, sachant que leur moteur continue de fonctionner à l'essence. Cela dit, le réservoir d'essence est plus petit, pour laisser plus de place à celui renfermant le CNG. Dans l'immense majorité des cas, une voiture de ce type roule à 90% au CNG, le reste à l'essence. Pour les acheteurs, le facteur numéro 1 de l'achat d'une voiture au CNG reste de réaliser de belles économies, surtout par rapport à un moteur à essence, mais aussi par rapport à un Diesel, comme le précise Valentin Hubert, propriétaire d'un VW Caddy CNG : "Cela fait bientôt quatre ans que je roule au CNG. Auparavant, je possédais un Caddy Diesel. C'est plus agréable que mon Diesel qui vibrait plus. En plus de trois ans, comme je roule 30-35.000 km par an, j'ai économisé plusieurs milliers d'euros par rapport à un Diesel. Aujourd'hui ce qui se passe est décourageant."Budget carburant doubléCar ces dernières semaines, Valentin et tous les propriétaires d'une voiture roulant au CNG font la moue. L'augmentation du prix du kilo de gaz naturel compressé a, sans mauvais jeu de mot, littéralement explosé. En résumé, en fonction des régions et des fournisseurs, il serait passé d'un peu plus de 1 euro en mai-juin 2021 à plus de 2 euros à la fin décembre. Bref, le prix a doublé. Et donc, forcément, le budget carburant mensuel des utilisateurs a subi la même inflation.La variable la plus importante dans le calcul du prix du CNG est évidemment le prix du gaz naturel. Après s'ajoutent les frais de collecte et de distribution de l'énergie. Parmi ces étapes, la compression et le stockage représentent aussi un coût important. Pour les spécialistes du secteur des énergies fossiles, cette situation va malheureusement perdurer quelques mois. On parle d'un semestre avant un retour au calme et, donc, à une baisse des prix. En neuf comme en occasion, les voitures CNG risquent de ne plus avoir la cote dans les semaines et mois à venir. "S'il n'y a plus d'avantage par rapport à des voitures classiques, plus personne n'en voudra à l'achat neuf. Et à la revente, sur le marché de l'occasion, je m'attends vraiment à une grosse décote, de l'ordre de 30-40%", estime Valentin Hubert. Cela dit, précision que par rapport à un véhicule équivalent roulant à l'essence, le CNG reste plus intéressant (moins cher). Par rapport au Diesel, le coût à la pompe est aujourd'hui équivalent, mais un moteur CNG reste moins cher à entretenir et plus intéressant pour l'avenir (bannissement du Diesel). Dans tous les cas, fiscalement, le CNG conserve aussi l'avantage. Bref, une situation à suivre.