Selon les résultats d'une étude, il semblerait que rouler en deux roues procure les mêmes avantages qu'un entrainement sportif et diminuerait le taux de cortisol dans le corps, l'hormone responsable du stress. Il faut tout de même noter que cette étude a été financée par Harley-Davidson, elle a néanmoins été réalisée par le renommé Institut américain des neurosciences et du comportement humain (UCLA).

L'étude neurobiologique a été réalisée par une équipe de chercheurs de l'Institut Semel pour les neurosciences et le comportement humain qui a étudié un groupe de 50 motards expérimentés et en bonne santé pilotant leur propre véhicule sur une route prédéterminée de 35 km dans des conditions normales.

Les chercheurs ont enregistré l'activité cérébrale et les niveaux d'hormones des motocyclistes avant, pendant et après la course. Ils ont évalué les mêmes paramètres durant la conduite d'une voiture et au repos.

L'équipe de recherche a surveillé l'activité électrique du cerveau et la fréquence cardiaque des participants, ainsi que les niveaux d'adrénaline, de noradrénaline et de cortisol. Les résultats ont montré qu'en roulant, les sujets présentaient une concentration accrue et une meilleure résilience aux distractions. Le niveau d'adrénaline a augmenté, ainsi que la fréquence cardiaque. Les chercheurs ont également observé une diminution du taux de cortisol. Il s'agit du genre de résultats que l'on obtient souvent après une courte séance d'exercice, ce qui est aussi un moyen de réduire le stress.

L'étude a mis l'accent sur plusieurs résultats-clés, rapporte Cycleword. La conduite d'une moto réduit de 28 % les biomarqueurs hormonaux du stress. En moyenne, la conduite d'une moto pendant 20 minutes a augmenté la fréquence cardiaque des participants de 11 % et le niveau d'adrénaline de 27 %, ce qui est semblable à un exercice léger. La concentration a été améliorée pendant la conduite d'une moto par rapport à la conduite d'une voiture.

Selon les résultats d'une étude, il semblerait que rouler en deux roues procure les mêmes avantages qu'un entrainement sportif et diminuerait le taux de cortisol dans le corps, l'hormone responsable du stress. Il faut tout de même noter que cette étude a été financée par Harley-Davidson, elle a néanmoins été réalisée par le renommé Institut américain des neurosciences et du comportement humain (UCLA).L'étude neurobiologique a été réalisée par une équipe de chercheurs de l'Institut Semel pour les neurosciences et le comportement humain qui a étudié un groupe de 50 motards expérimentés et en bonne santé pilotant leur propre véhicule sur une route prédéterminée de 35 km dans des conditions normales.Les chercheurs ont enregistré l'activité cérébrale et les niveaux d'hormones des motocyclistes avant, pendant et après la course. Ils ont évalué les mêmes paramètres durant la conduite d'une voiture et au repos. L'équipe de recherche a surveillé l'activité électrique du cerveau et la fréquence cardiaque des participants, ainsi que les niveaux d'adrénaline, de noradrénaline et de cortisol. Les résultats ont montré qu'en roulant, les sujets présentaient une concentration accrue et une meilleure résilience aux distractions. Le niveau d'adrénaline a augmenté, ainsi que la fréquence cardiaque. Les chercheurs ont également observé une diminution du taux de cortisol. Il s'agit du genre de résultats que l'on obtient souvent après une courte séance d'exercice, ce qui est aussi un moyen de réduire le stress.L'étude a mis l'accent sur plusieurs résultats-clés, rapporte Cycleword. La conduite d'une moto réduit de 28 % les biomarqueurs hormonaux du stress. En moyenne, la conduite d'une moto pendant 20 minutes a augmenté la fréquence cardiaque des participants de 11 % et le niveau d'adrénaline de 27 %, ce qui est semblable à un exercice léger. La concentration a été améliorée pendant la conduite d'une moto par rapport à la conduite d'une voiture.