A partir du 1er octobre, le contrôle technique des véhicules sera plus strict et votre véhicule pourra recevoir un carton rouge si, par exemple, l'éclairage, les réflecteurs ou certaines lampes témoins du tableau de bord présentent des défauts. Suite à ces changements, Mobia demande que certaines des actions simples actuellement réalisées dans les centres de contrôle puissent également être effectuées par d'autres professionnels agréés du secteur automobile. Les modifications récentes sont une conséquence de la réglementation européenne en la matière. La meilleure préparation au contrôle technique reste une inspection complète par un garagiste.

Cependant, il est toujours possible qu'un petit défaut apparaisse lors d'un contrôle périodique. Il est alors frustrant que, par exemple, pour un voyant défectueux, le véhicule doive être présenté a? nouveau au centre de contrôle. Une simple confirmation d'une entreprise agréée au centre de contrôle que le problème a été? résolu pourrait suffire pour délivrer une carte verte après réparation.

La même simplification serait souhaitable pour le contrôle initial des crochets d'attelage: les monteurs agrées pourraient attester eux-mêmes de la conformité? technique et faire délivrer un certificat de contrôle par les centres de contrôle. Cette simplification devrait, bien entendu, être réalisée en étroite collaboration avec les centres de contrôle qui continueront a? veiller a? la qualité? du travail fourni, ainsi qu'a? la définition des critères d'agrément et des détails techniques de l'opération. "Cette façon de travailler profiterait au consommateur et éviterait les temps d'attente" conclut-on chez Mobia.

A partir du 1er octobre, le contrôle technique des véhicules sera plus strict et votre véhicule pourra recevoir un carton rouge si, par exemple, l'éclairage, les réflecteurs ou certaines lampes témoins du tableau de bord présentent des défauts. Suite à ces changements, Mobia demande que certaines des actions simples actuellement réalisées dans les centres de contrôle puissent également être effectuées par d'autres professionnels agréés du secteur automobile. Les modifications récentes sont une conséquence de la réglementation européenne en la matière. La meilleure préparation au contrôle technique reste une inspection complète par un garagiste. Cependant, il est toujours possible qu'un petit défaut apparaisse lors d'un contrôle périodique. Il est alors frustrant que, par exemple, pour un voyant défectueux, le véhicule doive être présenté a? nouveau au centre de contrôle. Une simple confirmation d'une entreprise agréée au centre de contrôle que le problème a été? résolu pourrait suffire pour délivrer une carte verte après réparation. La même simplification serait souhaitable pour le contrôle initial des crochets d'attelage: les monteurs agrées pourraient attester eux-mêmes de la conformité? technique et faire délivrer un certificat de contrôle par les centres de contrôle. Cette simplification devrait, bien entendu, être réalisée en étroite collaboration avec les centres de contrôle qui continueront a? veiller a? la qualité? du travail fourni, ainsi qu'a? la définition des critères d'agrément et des détails techniques de l'opération. "Cette façon de travailler profiterait au consommateur et éviterait les temps d'attente" conclut-on chez Mobia.