C'est en mars 1952 que Mercedes Benz dévoile sa 300 SL, d'abord avec des objectifs en compétition automobile. Une année qui démarre sur les chapeaux de roues puisque ce pur-sang remporte 4 courses majeures, d'entrée de jeu : triple victoire à Berne, double victoire au Mans et à la Carrera Panamericana au Mexique, quadruple victoire au Nürburgring. Le public en devient vite baba, les automobilistes (les plus fortunés) en veulent une! La marque lance le filon avec, dès 1954, le Coupé homologué pour la voie publique. La tradition des SL, haut de gamme GT, perdure jusqu'à ce jour, la nouvelle étant sur le point d'être dévoilée.

La SL a d'abord été une voiture de course qui s'imposera sans attendre., GF
La SL a d'abord été une voiture de course qui s'imposera sans attendre. © GF

L'exposition thématique, au sein du musée Mercedes-Benz, retrace cette lignée passionnante au départ de la 300 SL de 1952 portant le n° de châssis 2, propriété de la marque. Il s'agit de la plus ancienne SL encore de ce monde. Le visiteur admirera en tout neuf SL, jusqu'à aujourd'hui.

Considérée comme l'une des plus belles voitures du monde, le 300 SL Coupé de 1955 lancera les fameuses portes papillon sur une Mercedes-Benz de série. La 190 SL (W 121) lancée à New York en 1954 se voulait une déclinaison plus luxueuse et agréable à conduire. Plus tard, la 300 SL Roadster (W198) présentée en 1957 mêle le monde de la compétition au glamour d'une voiture de sport ouverte. Ce Roadster bénéficiait d'un châssis plus sophistiqué et, plus tard encore, était équipé de freins à disque et d'un carter en aluminium moulé. La génération 230 SL de 1963 (W113) se distinguait par la forme de son toit rigide rappelant les temples asiatiques, ce qui lui valut rapidement le surnom de "Pagode". Il s'agissait de la première voiture de tourisme à toit ouvert au monde dotée d'une carrosserie dite "de sécurité". Avec la 500 SL (R107) de 1971, le modèle est motorisé, pour la première fois dans une SL, par un V8. Avec plus de 18 ans de production, la R107 a établi un record interne à la marque qui ne sera probablement jamais dépassé. Un très large éventail de variantes de moteurs a été disponible pendant toute sa durée de vie. L'innovante SL 500 (R129) de 1989 reste aujourd'hui considérée comme un chef-d'oeuvre du département de design.

500 SL R129, 1989, GF
500 SL R129, 1989 © GF

C'est une série spéciale "Edition SL" de 2000 qui est exposée. La suivante, la R230 fait ses débuts en 2001. Son innovation la plus marquante est le toit pliant Vario en tôle d'acier : en 16 secondes seulement, le véhicule se transforme en roadster - ou redevient un coupé. Enfin, une SL 500 "Mille Miglia 417" (R 231) de 2015 avait une carrosserie tout aluminium. Elle est la dernière en date, avant l'arrivée de la prochaine génération. Le musée Mercedes-Benz, ce sont aussi des dizaines d'autres voitures, de tous les segments, composant toute l'histoire de la marque.

C'est en mars 1952 que Mercedes Benz dévoile sa 300 SL, d'abord avec des objectifs en compétition automobile. Une année qui démarre sur les chapeaux de roues puisque ce pur-sang remporte 4 courses majeures, d'entrée de jeu : triple victoire à Berne, double victoire au Mans et à la Carrera Panamericana au Mexique, quadruple victoire au Nürburgring. Le public en devient vite baba, les automobilistes (les plus fortunés) en veulent une! La marque lance le filon avec, dès 1954, le Coupé homologué pour la voie publique. La tradition des SL, haut de gamme GT, perdure jusqu'à ce jour, la nouvelle étant sur le point d'être dévoilée.L'exposition thématique, au sein du musée Mercedes-Benz, retrace cette lignée passionnante au départ de la 300 SL de 1952 portant le n° de châssis 2, propriété de la marque. Il s'agit de la plus ancienne SL encore de ce monde. Le visiteur admirera en tout neuf SL, jusqu'à aujourd'hui. Considérée comme l'une des plus belles voitures du monde, le 300 SL Coupé de 1955 lancera les fameuses portes papillon sur une Mercedes-Benz de série. La 190 SL (W 121) lancée à New York en 1954 se voulait une déclinaison plus luxueuse et agréable à conduire. Plus tard, la 300 SL Roadster (W198) présentée en 1957 mêle le monde de la compétition au glamour d'une voiture de sport ouverte. Ce Roadster bénéficiait d'un châssis plus sophistiqué et, plus tard encore, était équipé de freins à disque et d'un carter en aluminium moulé. La génération 230 SL de 1963 (W113) se distinguait par la forme de son toit rigide rappelant les temples asiatiques, ce qui lui valut rapidement le surnom de "Pagode". Il s'agissait de la première voiture de tourisme à toit ouvert au monde dotée d'une carrosserie dite "de sécurité". Avec la 500 SL (R107) de 1971, le modèle est motorisé, pour la première fois dans une SL, par un V8. Avec plus de 18 ans de production, la R107 a établi un record interne à la marque qui ne sera probablement jamais dépassé. Un très large éventail de variantes de moteurs a été disponible pendant toute sa durée de vie. L'innovante SL 500 (R129) de 1989 reste aujourd'hui considérée comme un chef-d'oeuvre du département de design.C'est une série spéciale "Edition SL" de 2000 qui est exposée. La suivante, la R230 fait ses débuts en 2001. Son innovation la plus marquante est le toit pliant Vario en tôle d'acier : en 16 secondes seulement, le véhicule se transforme en roadster - ou redevient un coupé. Enfin, une SL 500 "Mille Miglia 417" (R 231) de 2015 avait une carrosserie tout aluminium. Elle est la dernière en date, avant l'arrivée de la prochaine génération. Le musée Mercedes-Benz, ce sont aussi des dizaines d'autres voitures, de tous les segments, composant toute l'histoire de la marque.